L'amour dans sa prudence est toujours indiscret ;

A force de se taire il trahit son secret :

(P. Corneille)
 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... En attendant la moisson 2018, revoyez celles des Festivals Off précédents : 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"J'appelle mes frères", de Jonas Hassen Khemiri Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
16-07-2015
"J'appelle mes frères", de Jonas Hassen KhemiriDu 3 au 26 juillet 2015 à 18h30 aux Barriques

Durée : 1h15

De la "faciès-o-phobie" en milieu occidental (la Suède) après un attentat terroriste !

On suit ainsi l'itinéraire d'Amor (Aurélien PAWLOFF) suite à cet attentat et on revient sur son histoire, son enfance : son meilleur ami (Paul-Antoine VEILLON) qu'il avait surnommé Hélium parce qu'il rendait tous les problèmes légers (Hélium, c'est du lourd !), son éternel béguin (Millie DUYÉ), qu'il avait surnommée Osmium (parce que c'est l'élément le plus dense), sa cousine lointaine (Yasmine BOUJJAT), etc.

On regrette juste le manque de repères chronologiques suédois (en France, on se rappelle des attentats provoqués par le triste "terroriseur" de terroristes, ou plus tard, en 1995 dans le RER Saint-Michel), d'autant que le passage vidéo dans le métro... parisien (ligne 12) maintient la confusion !

 
"Happyend.com", d'Annick Dufrêne, Vincent Loury Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
16-07-2015
"Happyend.com", d'Annick Dufrêne, Vincent LouryDu 4 au 26 juillet 2015 à 14h15 au Chien qui fume

Durée : 1h20

On venait de voir ce que ça donnait, un fils élevé par son père...

... on va voir ce que ça donne, un fils élevé par sa mère !

Le plaisir de retrouver Sylvie FLEPP au théâtre, dans le rôle de cette mère ayant dû, pour faire face à l'éloignement de son compagnon et père de son fils parti dans le Grand Nord courir les ours blancs et/ou les Esquimaudes (Samuel LE BIHAN en guest star du bout du monde), créer sa propre entreprise (de pompes funèbres) on line pour subvenir à ses besoins et à l'éducation de son fils...

Fils, qui, bon sang ne saurait mentir, décide, son bac en poche mention bien à seize ans de lui aussi partir à l'aventure - mais au Sahara, pour l'irriguer avec de l'eau de mer dessalée !

Vous comprendrez bien qu'il n'est pas question pour cette mère aimante de couper si vite le cordon, et, avec l'aide de sa voisine et amie (Françoise LÉPINE, sa version épicurienne voire hédoniste, en quelque sorte), des virements bancaires en ligne, de vieux horoscopes pour les gémeaux, etc. de tout faire pour dissuader son fils (Lancelot CHERER) de si vite prendre son envol...

De quoi faire tourner en bourrique Le Che, le poisson rouge de cette drôle de famille !

 
"Screens", de Sarah Carré Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
15-07-2015
"Screens", de Sarah CarréDu 4 au 25 juillet 2015 à 10h30 (relâche les 5, 20) à la Présence Pasteur

Durée : 1h05

Un père (!) à la recherche de son fils, disparu depuis trois jours...

On apprendra progressivement les raisons qui ont fait que le fils a disparu mais, de prime abord, on pourrait se demander si le fait de ne pas avoir connu sa mère (polonaise) et d'avoir été élevé par son seul père n'aurait pas quelque peu perturbé le jeune Baptiste !

Bref, Screens  s'amuse à confronter deux générations, la traditionnelle et la virtuelle...

... qui ont pourtant plus de points communs qu'elles ne le croient, à commencer par le goût du travestissement !

 
"Vous êtes ici", de Marjorie Efther, Marie Filippi, David Scattolin Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par MD   
15-07-2015

"Vous êtes ici", de Marjorie Efther, Marie Filippi, David ScattolinVous êtes ici

Présence Pasteur à 18h

avec Marjorie Efther et Marie Filippi

C'est l'affiche qui m'a plu. Et puis comme j'avais vu un autre spectacle de la région Nord-Pas-de-Calais en Avignon, je me suis dit « et pourquoi pas me laisser tenter par un nouveau spectacle de clown ? »

Décidément il y a de la recherche dans cette région !

Le spectacle m'a semblé un peu poussif au début mais il finit en apothéose.

Le thème est la recherche de la limite de l'univers. On part de l'espace de la scène pour aller explorer ailleurs puis par cercle concentrique, on nous invite à un voyage intergalactique.

Il y a beaucoup de recherche dans ce travail et des efforts pour interroger le public. La proximité se fait rapidement. Pourtant ces clowns-ci ne sont pas attirants. On se demande même s'ils ne viennent pas tout droit d'une autre planète. C'est sans doute le but recherché. Le public des enfants s'amusent et les parents sont autant attentifs. Il y avait aussi beaucoup de jeunes d'une vingtaine d'années qui n'ont pas boudé leur plaisir.

Je ne vous en dis pas plus. C'est intéressant et plein d'inventions. A voir !

 
"Chant des oliviers (Le)", de Marilyne Bal Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Fanny INESTA   
15-07-2015

"Chant des oliviers (Le)", de Marilyne Bal« LE CHANT DES OLIVIERS »

Le chant des cigales pour une aventure humaine sans complaisance

Nous sommes dans une cuisine qui fleure bon la Provence ! On a le goût des confitures maison dans la bouche mais c'est Jacques qui s'en délecte le soir en regardant la télé. Fébrile, il attend sa filleule en ancien restaurateur, pour lui concocter un repas avec gourmandise ! Sa fameuse terrine aux avocats dont elle est friande. Il l'aime, il n'a qu'elle, il la connaît par cœur. Elle arrive enfin et les retrouvailles sont joyeuses... mais elle n'est pas seule, elle va se marier et lui présente son fiancé. Coup de massue, ce Fahed apporte un espace entre eux deux, et ils ont un projet qui l'évince, ils veulent ouvrir leur propre restaurant et pour cela, n'ont pas d'autres choix que de vendre la maison de Léa, unique héritière, là ou vit Jacques !

Jacques accuse le coup mais crescendo,le ton monte, Léa culpabilise et s'énerve, les rancœurs surgissent, les colères, les non dits font surface brisant cette douce quiétude qui les unissait.

L'auteur Marilyne Bal, avec intelligence a semé les bons ingrédients pour faire une comédie douce amère qui a du sens. Le futur marié est libanais et s'il est un adepte de la cuisine moléculaire qui confère le statut d'une personne inventive au fait de son époque, il est aussi le gardien des valeurs qui ont perdu de leur éclat dans nos contrées. Pour lui, la famille a un sens et il va tout mettre en œuvre pour sauver ce qu'il y a à préserver même un secret qui lui pèse.

Le texte est fort, il mêle l'absurde à la tendresse, l'écriture en majorité légère et drôle nous fait parfois grincer des dents et nous questionne, nous fait réfléchir.

L'encrage entre un Orient résolument moderne et notre civilisation en pleine décadence permet d'accéder à une belle histoire diablement bien servie par un trio d'exception.

Jean Claude Dreyfus, acteur monumental tant au physique qu'au figuré nous transporte. Son charisme et son élégance singulière apporte une dimension de taille ! Julia Duchaussoy est une jeune femme aussi fine que Dreyfus est volumineux, au jeu en porte à faux, oscillant entre une attitude et une autre, son passé et son avenir qu'elle a du mal à concilier. Frédéric Quiring incarne à merveille un jeune libanais amoureux qui sait accepter les attaques par amour et qui sait aussi bâtir un projet par respect... c'est une écriture sublime.

Elle est mise en scène avec sobriété dans un décor minimaliste laissant toute la place au jeu sans faille des acteurs.

La Luna 16h10

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 82 - 90 sur 189
 
Image du moment
exploit-linux1.jpg
Section de Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Archives
Sites liés

un poisson

un poisson bariolé