Accueil arrow Vos annonces arrow "Dreck", de Robert Schneider

Un bienfait perd sa grâce à le trop publier :

Qui veut qu'on s'en souvienne, il le doit oublier.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... En attendant la moisson 2018, revoyez celles des Festivals Off précédents : 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"Dreck", de Robert Schneider Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
23-02-2015

"Dreck", de Robert Schneider« Le Chêne Noir » clôture son cycle Charles Berling avec Dreck

Une mise en exergue d'un racisme bien ordinaire

Sur une scène baignée dans l'obscurité, un homme se raconte... allume quelques bougies, seuls points lumineux qui le baignent dans un clair obscur angoissant. Bruits de rue, de machines, de gouttes d'eau qui tombent sans répit.

Sad est immigré, il a choisi un pays d'adoption en Europe et vit en vendant des roses dans la rue la nuit, prenant garde à tout à cause de sa situation irrégulière.

Dans cette condition au-dessous du supportable, dans ce taudis sombre et sale avec une unique chaise pour territoire et un amas de tissus pour lit il essaie d'être heureux dans un climat de défiance et de haine voilée.

Dreck, qui signifie, saleté, excrément, c’est une nuit avec Sad. Il parle du  regard des autres,  de leur différence de peau. Peu à peu, au fil de son récit, il s’enflamme, s'emporte par la bouche de ceux qui le jugent et ses propos sont ceux de ceux là même qui le rejettent.

L'auteur, Robert Schneider, un autrichien, nous entraîne loin de la simple victimisation, vers des endroits obscurs de l’esprit où se loge la mauvaise conscience collective… C’est  terriblement actuel.

C'est un texte cru, poignant,  qui prend toute son horrible dimension dans ce décor minimaliste, auréolé de ces  grondements industriels, de ces bruits de monstres cachés. Le comédien, Alain Fromager, totalement habité par son personnage nous incarne un individu plus vrai que nature. Déchirement... image d'une souffrance vécue, d'un univers qui n'est pas loin de nous et que nous ne voyons pas bien souvent.

Charles Berling a su par sa mise en scène découpée au scalpel exploiter sobrement tous les éléments dont il disposait pour en faire une œuvre d'une grande puissance évocatrice.

 
< Précédent   Suivant >
 
Image du moment
admin-linux1.jpg
Section de Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Archives
Sites liés

un poisson

un poisson bariolé