Accueil arrow Vos annonces arrow "Francis Huster se glisse dans la peau d'Albert Camus"

Qui ne sent point son mal est d'autant plus malade ;

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Critiques du off 2017
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2016, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"Francis Huster se glisse dans la peau d'Albert Camus" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
24-03-2016

"Francis Huster se glisse dans la peau d'Albert Camus"Francis Huster se glisse dans la peau d'Albert Camus

de et avec Francis Huster

Théâtre du Chêne Noir

8 bis rue Sainte Catherine

84000 Avignon

tel 04 90 86 71 87

mercredi 16 et jeudi 17 mars 2016 à 19h

Quand « Francis Huster se glisse dans la peau d'Albert Camus »

Quelle magistrale leçon de théâtre...du grand art

On annonçait la performance engagée comme étant la parole d'un Camus offrant un plaidoyer vibrant pour un humanisme contemporain contre la barbarie et on a rencontré un fabuleux comédien retraçant la grande histoire du théâtre en sus, face à une salle où pas un espace n'était libre, tous les coins et recoins avaient été loués.

Bien sûr Camus était là et à la bonne place, avec son prix Nobel en bandoulière. Bien sûr il a mis l'accent sur la rivalité Sartre/Beauvoir et Camus... Mais au-delà des anecdotes, des morceaux de théâtre d’anthologie, il y avait surtout un grand admirateur de Camus qui le portait sur ses épaules, qui sortait les anecdotes comme des jouets des pochettes surprises, qui l'avait investi au point de devenir lui.

Il y avait en fait un incomparable acteur, un mythe vivant, une espèce en voie de disparition qui nous donnait tout, ou presque, de son aventure professionnelle.

Francis Huster va, intégrant la peau de Camus, parler des mammouths du théâtre, Arletty, Jouvet, Vilar, Gérard Philippe... avec une force et une conviction où tout se mêle. Qui a-t-il rencontré, avec qui était-il, qu'est ce qui fait partie du récit : on s'y perd... mais avec tant de plaisir ???

De pirouettes en pirouettes il nous promène dans une histoire fabuleuse, celle de l'évolution du théâtre. On assiste au théâtre sous Louis XIV avec l'influence de la Comedia del Arte qui va apporter une libération des codes, puis l'évolution se poursuit jusqu'à nos jours avec bien sur quelques coups de griffes à la Comédie Française et à l'art de la déclamation, Entreprise dont il sera sociétaire durant dix ans.

Mais au-delà des mots il y a un comédien exceptionnel qui nous entraîne dès son arrivée dans la salle Léo Ferré du Chêne Noir aux pieds des gradins, sa montée sur scène... pour s'excuser du retard qu'il va prendre - la pièce est elle commencée ? Il raconte une anecdote, celle d'un virtuose du piano qui vint pour jouer et ne joua pas, lui le virtuose du jeu... il excelle. Et le récit s'embarque et nous avec pour une aventure de plus deux heures sans escale et qui ne s’arrêterait pas pour peu... il a tant à dire, tant de micro-récits aussi exaltants les uns que les autres, tant de souvenirs... des siens, de ceux de Camus - à interpréter.

Une performance qu'il accomplit sans une pause, pas même la nécessité de se rafraîchir la gorge, il est là avec une fougue, une justesse, une interprétation qui nous transporte . Est-il Huster, est-il Camus qu'importe : il est.

Il n'a plus d'âge, plus d'époque... il est intemporel. Quel acteur !!!!

 
< Précédent   Suivant >