Accueil arrow Vos annonces arrow "Chute libre", de Yoland Simon

Il faut bonne mémoire après qu'on amenti.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Brèves
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2017, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"Chute libre", de Yoland Simon Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
21-07-2008

Chute libre du 10 juillet au 2 août 2008 à 14h+ au Vieux Balancier

Durée : 0 h 55

Écrite en 1981(encore sous Giscard, l'affaire Boulin, le pull-over rouge pour se faire réélire, etc.) en réaction à la mort – non pas d'un commis voyageur – mais d'un ouvrier, mort de froid et de faim dans un hangar où il vivotait depuis son licenciement d'une entreprise (qui fournissait à ses employés chambre et cantine – mais pas le petit déjeuner, et pas de femme dans les chambres !), la mise en scène respecte heureusement l'époque (les tubes, l'inspecteur Labavure, la vache qui rit), non pas tant que les choses aient beaucoup changé aujourd'hui, mais parce que, outre la nostalgie, il importe justement de dater les faits, ne remonteraient-ils "qu'à" vingt-sept ans...

... d'autant qu'il s'agit probablement du premier monologue "intérieur" où l'acteur s'adresse avant tout à lui-même, entre écriture automatique chère aux impressionnistes et psychanalyse lacanienne...

Mais rassurez-vous, c'est très vivant et très bien interprété par Vincent LE BODO !



 
< Précédent   Suivant >