Accueil arrow Vos annonces arrow "Rien à dire", de Léandre Ribera

Le véritable amour, dès que le coeur soupire,

Instruit en un moment de tout ce qu'on doit dire.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... En attendant la moisson 2018, revoyez celles des Festivals Off précédents : 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"Rien à dire", de Léandre Ribera Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
22-07-2017

"Rien à dire", de Léandre RiberaThéâtre de l'Oulle, 19 place Crillon, à20h35 (relâche les 10, 17, 24)

« Rien à dire » mais de la poésie à la pelle, un moment de pur bonheur.

Un sommet dans son genre.

Léandre est un clown du 21è siècle, il a installé sa maison sur la scène, toute la scène, un univers d'harmonie de couleurs pastel. Il amène avec lui des lumières indomptables, des tiroirs sans fond, des portes qui s'ouvrent et se ferment seules, des boîtes qui n'obéissent à personne, une table qui bascule, une machine à laver impressionnante et des chaussettes par milliers dans tous les coins et sur la scène...

Léandre nous accueille chez lui dans cette maison magique, et nous partageons son univers un moment, un si court moment. On assiste à sa vie qui est un combat quotidien contre les éléments : le vent notamment avec une violence inouïe et contre les objets qui semblent dotés d'intelligence, qui nous surprennent sans cesse. Léandre est seul, bien seul même si sa porte est grande ouverte dans son monde empli de poésie où tout prend un autre sens. Il nous accueille les bras grands ouverts, nous offrant le peu qu'il a, partagent tout, même sa chaleur.

Il a un regard baigné d'une tendresse matinée de tristesse, et veut offrir à tour de bras le meilleur de ses sentiments à qui veut les recevoir. Un visage taillé à la serpe, des habits trop grands qui flottent autour de lui, une allure de personnage de films du muet.

Son spectacle est d'une très grande originalité, il fourmille de trouvailles surprenantes.

Le temps n'a plus de sens avec lui, on est dans une bulle , dans un cocon douillet et on ne veut plus en partir.

Malgré sa misère, rien n'est misérable, tout est magique, tout devient possible,les objets participent au rêve, dans une belle harmonie de couleurs.

On a l'impression avec lui que la vie peut être autre, que les tracas peuvent s'envoler, que les contraintes peuvent s'effacer. Il est vrai ce personnage lunaire, vrai comme un dessin dans un cahier, vrai comme une image sur un livre.

Vous serez captivés par son spectacle, si inventif, des inventions à tout instant, de la poésie en veux-tu en voilà, si bien que les lumières éteintes la salle d'un seul bloc s'est levée et a applaudi à s'en rompre les doigts, on a applaudi longuement... fin d'un moment magique que l'on aurait voulu faire durer plus longtemps...

J'ai adoré.

Attention réservez c'est plein tous les soirs.

Mise en scène et interprète Léandre Ribera, dessin scénographie Xesca Salva, constructeur scénographie Taller de Lagarto, lumière Marco Rubio, musique Victor Morato, régie Albert Vizcarro.

 
< Précédent   Suivant >
 
Image du moment
exploit-linux1.jpg
Section de Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Archives
Sites liés

un poisson

un poisson bariolé