Accueil arrow Vos annonces arrow "Anaïs, A Dance Opera", de Janet Roston et Cindy Shapiro

Devine, si tu peux, et choisis, si tu l'oses.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Critiques du off 2017
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2016, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"Anaïs, A Dance Opera", de Janet Roston et Cindy Shapiro Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
31-07-2017

"Anaïs, A Dance Opera", de Janet Roston et Cindy ShapiroCollège de la Salle à 16h45

Anais, un opéra danse d'une superbe beauté.

Le mariage réussi d' une troupe très jeune.

Pour clore ce festival j'ai choisi de voir « Anaïs » joué par une troupe de San Francisco, de quoi nous redonner des forces. C'est l'histoire d'Anaïs Nin, de sa naissance à sa mort racontée sur un écran géant occupant tout le fond de scène, chanté par une séduisante chanteuse et interprété par six danseurs d'exception. Cette création de Cindy Shapiro, Janet Roston et Joe Larue entrecroise les journaux intimes avec sa vie. Si elle a été jugée un peu sulfureuse pour son époque, dans les années trente, à présent, on rend hommage à son esprit d'avant-garde.

Anaïs Nin n'a pas toujours été reconnue comme auteure mais a vécu une vie assez libérée au milieu des cercles artistiques. Elle a affiché ses maris, amants et amantes. Elle a fréquenté de nombreux écrivains de premier plan : Antonin Artaud, Henry Miller, Laurence Durell... On va retenir d'elle l'auteur sulfureux. Car elle va être la première à porter l'érotisme dans l'écriture au travers de nouvelles qui paraissent dans « Le Delta de Vénus » et qui seront traduites sous le titre de Vénus Erotica. Mais elle sera célèbre pour ses journaux intimes et secrets.

Comment retranscrire tout cela, donner le sens, l'ambiance de toute une époque en même temps...

Ils y arrivent fort bien par une succession de tableaux menés vivement découpant sa vie en phrases, en moments.

Le fond lumineux qui retranscrit la traduction des paroles apporte une dimension au récit.

La chanteuse a une présence inouïe, elle est toute jeune mais a un potentiel au zénith. Elle emmène tous les danseurs avec elle, autour d 'elle.

La danseuse principale est magnifique, elle a une grâce et une aisance remarquables.

Ce qui nous frappe c'est le tonus de cette équipe, sa jeunesse et sa fougue, la danse est bien calée, pas un faux pas, pas une fausse note tout est rodé au millimètre, ils sont formidables.

C'est du travail très américain dans ce qu'il sont capables de faire quand ils veulent faire bien.

Rien n'est oublié, accessoires, lumières, musiques, pas de danse, texte... du rythme, de la précision et un récit fort bien construit.

Bravo au compositeur Cindy Shapiro, à la chorégraphe Janet Roston et au scénographe Joe Larue.

Un merveilleux moment que nous pourrons revoir en Europe dans un avenir proche.

Une très belle pièce menée avec beaucoup de grâce, un bel hommage à Anaïs Nin.

de Cindy Shapiro, Janet Roston et Joe Larue

 
Suivant >