Accueil arrow Vos annonces arrow "VIVE LA VIE", par la Cie Interface

Quoi ! vous ne pouvez pas ce que peut une femme !

(P. Corneille) 

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Critiques du off 2017
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2016, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"VIVE LA VIE", par la Cie Interface Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Fanny INESTA   
25-10-2017

"VIVE LA VIE", par la Cie InterfaceEt le progrès dans tout ça ?

19ème siècle dans les montagnes valaisannes.

L'essence même du labeur, vie simple et austère mais néanmoins noble, en accord avec le caractère des paysans.

Inéluctablement, le progrès arrive et l'électricité surgit... faisant naître dans leurs âmes l'impression du sublime. Un joli clin d'œil d'une des scènes du film « Rain Man » met en lumière ce délicieux moment. Comment résister à cette facilité et à l'apparition de l'eau qui coule seule des robinets ?

Surtout ne jamais les fermer de peur qu'elle ne s'arrête…

Les générations s'affrontent et se succèdent, les mots fusent, les idées divergent, la ville, le nouveau, le modernisme attire les jeunes... nous connaissons tous la suite... elle nous mènera à nos jours avec l'ère du portable et tout le superflu dont nous disposons.

Des scènes animées de la vie nous transportent dans un tourbillon d'émotions qui nous amène dans l'extraordinaire. Le texte est brut, sans fioriture, à l'image des gens du terroir avec leur vil mépris de la quête d'une vie de mollesse.

Géraldine Lonfat nous livre comme à l'accoutumée et peut être encore davantage, sa grâce, son talent et sa délicatesse qui n'appartiennent qu'à elle. Elle se livre, se donne et c'est le cœur de la vie qui bat, qui s'interroge, qui lutte. La chorégraphie de Géraldine est empreinte d'un réalisme et d'une profondeur qui nous atteint et nous émeut.

La métaphore du progrès est incarnée par Joseph, telle une harmonie en arrière plan qui manie ses sphères et autres avec brio. Il nous enveloppe par la puissance de la douceur de ses gestes.

Tout au long du spectacle, la cantatrice nous porte grâce à sa voix intense et passionnée  qui nous transperce. Nous sommes captivés par l'émotion qu'elle dégage, son investissement est total et nous donne le frisson.. 

André Pignat et Géraldine Lonfat ont su avec une grande justesse retranscrire cette dualité entre l'acceptation ou le refus du progrès, le recevoir sans se perdre soi même. Ils laissent le libre arbitre à chacun, mettant en avant la beauté de la musique, de la danse, du texte et du chant. La musique, véritable  colonne vertébrale retransmet l'émotion et la force de la pièce.

Un puissant hommage à l'encontre de nos aînés, une ode à la vie et à l'espoir dans l'humanité.

Texte de Thomas Laubacher, mise en scène Géraldine Lonfat et André Pignat, chorégraphie Géraldine Lonfat, lumière Jérome Hugon, musique André Pignat et Johanna Rittinier-Sermier, costumes Kim Salah

Avec Garaldine Lonfat, Johanna Rittinier-Sermier, Marie Lanfroy, Daphné Rhéa Pelissier, Sara Dotta, Thomas Laubacher, Paul Patin

 
Suivant >