Accueil arrow Vos annonces arrow "HOMME QUI RIT (L')", de Victor Hugo

Il est si naturel d'estimer ce qu'on aime,

Qu'on voudrait que partout on l'estimât de même ;

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Critiques du off 2017
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2016, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
"HOMME QUI RIT (L')", de Victor Hugo Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claude KRAIF   
17-07-2013
"HOMME QUI RIT (L')", de Victor HugoCHAPEAU D’EBENE THEÂTRE à 22h30

Du 8 au 31 juillet 2013

Compagnie : MISTRAL EURYTHMIE

Le premier sentiment que l’on peut éprouver en voyant ce spectacle, c’est l’étonnement. Est-ce de la danse ? Assurément, du mime ? Pas tout à fait. Le récitant nous raconte l’histoire de l’Homme qui rit. Sur la scène les mots de Victor Hugo deviennent gestes de la même manière que le vent quand il remplit les voiles, ou quand il fait voler les feuilles à l’automne. La parole souffle et prend corps. Les personnages virevoltent, tourbillonnent, oscillent de l’un à l’autre portés par les sonorités. Les robes, les manteaux, les voiles, participent à ce mouvement des éléments. Les acteurs trouvent l’accord de l’espace et du temps. Ils sont à la fois terrestres et aériens. La voix du récitant, comme un phare, les guide et les transporte.

Les comédiens/danseurs sont des eurythmistes venus d’Allemagne où cet art du mouvement est pratiqué beaucoup plus qu’en France. Ce langage gestuel, c’est la parole qui s’incarne dans une sorte de langage universelle que l’on comprend d’emblée. L’étonnement du début persiste jusqu’à la fin et j’aime être surpris comme on peut l’être parfois, devant une œuvre d’art.

 
< Précédent   Suivant >