Nous mourrons à toute heure ; et dans le plus doux sort

Chaque instant de la vie est un pas vers la mort.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Avignon off 2018
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... En attendant la moisson 2018, revoyez celles des Festivals Off précédents : 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
Avignon off 2018
Jean-Marie Sirgue : Pensées profondes, anecdote piquante, rendez-vous prochains (juillet-août 2018) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Webmaster   
07-08-2018

Pensées profondes – Anecdotes piquantes – Rendez-vous prochains (juillet/août 2018)

Notre nouvel épisode : «L’oiseau qui pète»

Résumé des épisodes précédents :

Le fils de famille annonça qu'il préparait un imminent tour d’Europe avec seulement un euro en poche puis il se lança dans la lecture d’un long poème alambiqué. Ensuite ce fut le tour du sportif qui lut un extrait de son roman. Sylvia Bruyant et moi fermions le ban, je lui donnai la réplique dans le début de l’acte II de « Capitaine Lejan ». Il s’agissait de bien faire les choses : ce n’est pas tous les jours qu'on se voit publié aux éditions de l’Harmattan ! Chacun des trois auteurs avait son petit cercle d’amis, le hasard du calendrier des parutions nous avait réunis, rue des écoles à Paris, dans un petit local encombré de livres et autour de quelques verres de jus de pomme et de deux soucoupes : chips et cacahuètes. Nous ne nous sommes jamais revus, je ne sais pas si le poète globe-trotter a bouclé son périple, je l’imagine aujourd'hui dans l’encadrement de l'entreprise familiale. Le sportif est reparti dans les Pyrénées et moi je me suis « planté » avec « Capitaine Lejan ».

Lire la suite...
 
"Ballon blanc (Le)", de Grégoire Aubert Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
28-07-2018

"Ballon blanc (Le)", de Grégoire AubertAtelier 44 à 16h10 du 6 au 29 juillet 2018 (relâche les mardis)

Le Ballon Blanc …. de notre enfance

Une très belle histoire.

Il faut une belle maîtrise de l'écriture pour arriver à pondre une pièce qui fonctionne aussi bien pour les enfants que pour les parents. Pas de mièvrerie, pas de sirop qui dégouline, une belle histoire d'adulte qui va revivre son passé en pénétrant dans la maison de son enfance, tout va lui sauter au visage et raviver sa mémoire. C'est touchant, astucieux et esthétiquement réussi...

Lire la suite...
 
"Liberté ! (avec un point d'exclamation)", de Gautier Fourcade Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
28-07-2018

"Liberté ! (avec un point d'exclamation)", de Gautier FourcadeThéâtre Essaïon à 12h55 du 6 au 29 juillet 2018 (relâche le 24)

Gautier Fourcade crie Liberté !

Non pas comme une fin en soi mais comme un désir.

Espèce de Pierrot lunaire sorti d'une malle, celle de l'enfance, du savoir, du refuge? Entouré de panneaux indicateurs de direction et de lumières, il va nous conter l'histoire d'un homme qui ne sait pas prendre de décision. Sans cesse confronté à des choix il n'arrive pas à trouver de réponse à la question posée.

Lire la suite...
 
"Mademoiselle Palmer : épopée ordinaire", de Laura Lutard Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2018
"Mademoiselle Palmer : épopée ordinaire", de Laura Lutarddu 6 au 29 juillet 2018 (relâche les mardis) à 13h55 à l'Atypik

Durée : 1 h

Interpréter une Mademoiselle Palmer quand on s'appelle Laura, c'est un clin d'œil à David Lynch ou bien c'est un acte manqué, et dans ce cas il faudrait creuser...

En ce qui nous concerne, on penserait plutôt à La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Cendrars, puisqu'il y a beaucoup de voyages : les Antilles, Paris et ses ateliers de peintres et de photographes, Malte, Gozo, l'Italie, la Thaïlande, Prague et toutes ces langues parlées !

Bon, il est vrai qu'ici on est plus proche du récit chronologique que de la forme elliptique des poèmes, mais c'est une question d'époque : on est plus bavard et moins abscons qu'au temps de Blaise, Baudelaire ou de Mallarmé...

C'est égal, on voyagera tout aussi bien avec le récit de Laura LUTARD et Tonia MAKATSIANOU, à l'accompagnement musical !
 
"Cadré-Décadré", de Sophie Raynaud Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2018

"Cadré-Décadré", de Sophie Raynauddu 7 au 29 juillet 2018 (jours impairs) à 12h au Tremplin
Durée : 0 h 50

Autoportrait de l'artiste avec roses rouges...

On pense tout de suite à Carmen, il y a d'ailleurs un extrait musical, mais comme il s'agit d'une danseuse et non d'une peintre, il va falloir jouer des coudes pour rentrer dans le cadre !

On peut aussi changer de cadre, en prendre un plus grand, mais il faudra alors le remplir...

Ou alors, juste "imaginer" le cadre ?

Réponse et démos dans ce solo de danse contemporaine conçu et interprété par Sophie RAYNAUD, qui le présentera aussi les 4 et 11 octobre prochains au Théâtre Antibéa (06)...

 
"Envol de Talo Kant (L')", de et avec Maryse Gattegno Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2018

"Envol de Talo Kant (L')", de et avec Maryse Gattegnodu 6 au 29 juillet 2018 à 10h40 à l'Al Andalus
Durée : 1 h

C'est l'histoire de Talo Kant, à qui on ne la fait pas puisque, si la Bon Dieu lui a donné la curiosité, autant s'en servir !

Il va donc entreprendre, en marchant - mais rien à voir avec une République de pacotille pour les 1 % - de visiter les sept mondes, puis de s'en retourner chez lui, dans ce monde-ci, en demi-cercle...

Écrite et interprétée, texte et musique, par Maryse GATTEGNO dans le - très propice aux contes genre 1001 nuits - verger d'Al Andalus, cette histoire surréaliste pour adultes en pleine croissance pourrait effectivement, si on ferme les yeux, se projeter en un film sur nos paupières - on verrait bien un film d'animation...

... mais dans un premier temps, un livre genre Le Petit Prince, ça le ferait bien !

 
"FÂCHEUX (LES)", de Molière Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claude KRAIF   
27-07-2018

"FÂCHEUX (LES)", de MolièreAu Théâtre des Lucioles du 6 au 29 juillet 2018, relâche le mardi.

Mise en scène : Pierrot Corpel

Avec : Magalie Lopez, Sylvain Baurens, Loïc Carcassès, Ibrahim Hadj Taieb

Musicien : Pierrot Corpel

Sur la scène un mécanisme d’horlogerie géant figure le temps qui passe. Les fâcheux se sont ces individus qui viennent parasiter le cours inexorable du temps. Ils surgissent au moment le plus inopportun, envahissants, encombrants, indélicats. C’est une pantomime joyeuse et intempestive où les acrobaties et les tours de passe-passe rivalisent. Le jeu des comédiens fait souvent penser à Louis de Funès. Ils sont bondissants, habiles à se métamorphoser en de multiples personnages. Les alexandrins de Molière s’accordent avec élégance à la musique en live et aux percussions.

Un joyeux spectacle donc, qui associe la comédie, le rire et le questionnement. Tout un chacun peut être à son tour, le contrarié ou le fâcheux.

 
"Plaisir de rompre & Le pain de ménage (Le)", de Jules Renard Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2018

"Plaisir de rompre & Le pain de ménage (Le)", de Jules Renarddu 6 au 29 juillet 2018 (relâche les 15, 22) à 21h35 à l'Espace Roseau
Durée : 1 h 25

Deux petits bijoux d'intelligence et de... sensualité, que l'on doit à l'auteur de Poil de carotte, où la femme (Claire GUYOT) en est, à juste titre, la pièce maîtresse...

Dans Le Plaisir de rompre, son ancien amant (Tristan PETITGIRARD) lui rend une ultime visite avant de convoler avec une jeunette que l'on se doute bien dotée mais qu'il n'aime pas plus que ça, tandis qu'elle semble se résigner à un protecteur rangé des aff(ai)res de l'amour : la raison va-t-elle l'emporter ?

Ensuite, dans Le pain de ménage, en discutant avec un ami (Geoffroy GUERRIER) d'adultères passés ou à venir, possibles ou probables, elle le met au pied du mur en répondant à sa proposition lancée en l'air : la déraison va-t-elle l'emporter ?

Réponses à l'Espace Roseau (salle Jacques Brel), dans une mise en scène épurée d'Edgar GIVRY qui va à l'essentiel : le jeu de l'amour... et du langage entre adultes consentants !

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 8 sur 205
 
Image du moment
eee1.jpg
Section de Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Archives
Sites liés

un poisson

un poisson bariolé