Accueil

Le soin de le cacher découvre ce qu'il cache,

Et son silence dit tout ce qu'il craint qu'on sache.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Brèves
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2017, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
Actuellement
"Je t'écris mon amour", d'Emmanuel Darley Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
19-07-2017
"Je t'écris mon amour", d'Emmanuel DarleyDu 7 au 23 juillet 2017 (relâche les 10 et 17) à 13h45 à la Caserne des pompiers

Durée : 1h05

Ils se sont connus professionnellement et, s'appréciant, vont peu à peu développer une relation d'amitié, plus épistolaire que réelle d'ailleurs, n'habitant pas dans la même ville...

Bien sûr, à l'heure du numérique, leurs échanges se feront plutôt par messagerie instantanée ou Facebook, la première étant plus discrète que les messages vocaux... et surtout plus réactive !

Comme quoi, rien de nouveau sous le soleil : les hommes et les femmes trouveront toujours à communiquer...

... peer to peer !

Une illustration enlevée du texte d'Emmanuel Darley, commandé et mis en scène par Jean DE PANGE qui interprète Lui...

... et a trouvé en Céline BODIS son Elle parfaite !

 
"Tant qu'il y aura des coquelicots dans les champs de blé", de Cliff Paillé Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
19-07-2017
"Tant qu'il y aura des coquelicots dans les champs de blé", de Cliff PailléDu 6 au 30 juillet 2017 (relâche le 11) à 12h aux Ateliers d'Amphoux

Durée : 1h15

Sans être analphabète, on peut, comme le petit Paul (Cliff PAILLÉ, qui assure la mise en scène de sa pièce) savoir déchiffrer...

... mais sans pour autant lire !

La "recette" étant d'apprendre à aimer lire...

... et quoi de mieux qu'une enseignante (Lyne LEBRETON - la dame en rouge... coquelicot) qui aime lire - et son métier - pour vous apprendre à trouver les œufs cachés ?

 
"Tant qu'il y aura des coquelicots dans les champs de blé", de Cliff Paillé Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Aurélie COURTEILLE   
19-07-2017
"Tant qu'il y aura des coquelicots dans les champs de blé", de Cliff PailléDu 6 au 30 juillet 2017 (relâche le 11) à 12h aux Ateliers d'Amphoux

Durée : 1h15

Pourquoi finalement aimer lire plutôt que de jouer au foot ? Comment l’expliquer ?

Frais et charmant, ce spectacle mêlant humour et réflexion viendra en révéler les raisons, faisant écho au temps de l’apprentissage de la lecture. On y revit ces moments d’éducation, parfois sévères et stricts, parfois chaleureux et bienveillants vécus avec la maîtresse, avec la grand-mère.

C’est une plongée vivifiante aux portes du langage, conduisant à voir resurgir ces expériences de la découverte des mots, de leur sens, de leur signification, mais aussi du décalage possible entre sens et signification amenant à des scènes tout aussi burlesques que cocasses.

La pièce est un livre ouvert dont on se délecte à voir se tourner les pages.

 
"Samuel Hall", de Jean-Paul Rouvrais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
19-07-2017
"Samuel Hall", de Jean-Paul RouvraisDu 6 au 30 juillet 2017 (relâche les 11, 18, 25) à 10h30 au Nouveau Ring

Durée : 0h50

Ralentir les derniers instants de vie d'un homme jusqu'à la suspendre, un peu par contrepoint à ce que l'on ressent quand on "revit sa vie en accéléré" juste avant le choc, juste avant l'accident...

Sauf qu'il ne s'agit pas d'effectuer un bilan mais d'expliquer ce qui va arriver, de justifier son inéluctabilité, et d'essayer de comprendre pourquoi on en est arrivé là !

David BOTTET (qui assure aussi la mise en scène) est cet homme monstrueux (ou plutôt lucide ?), Samuel Hall, qui nous dérange, nous fait peur...

... sans doute parce qu'il nous oblige à nous interroger, parce qu'il nous met face à nous-mêmes !

 
"Eclisse totale", du Quatuor Léonis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par MD   
19-07-2017

"Eclisse totale", du Quatuor LéonisThéâtre actuel du 6 au 30 juillet à 22h20

Mise en scène Manu Kroupit

Interprètes : Guillaume Antonini, Sébastien Richaud, Alphonse Dervieux, Julien Decoin

Une mise en scène stupéfiante pour des musiciens sans défaut et sans défaillance.
Voir et entendre.

Ce serait les premiers verbes que j'aurais en tête pour qualifier ce concert qui est aussi un spectacle en soi. La musique qu'elle soit classique, variétés, ou folk nous est livrée dans une qualité digne de toutes les plus grandes salles de concert et pourtant on assiste à un véritable spectacle ou la poésie se mêle à l'humour. On est fasciné, on n'en croit pas ses oreilles et comment font-ils pour voltiger ainsi sans fausse note ?

Magique.

C'est l'adjectif qui me vient car on ne sait réellement pas comment ces musiciens peuvent jouer de leur instrument dans toute les positions, nous arracher des rires avec leur mimiques alors qu'ils jouent du Mozart et nous faire pleurer par une telle densité musicale lors de certains morceaux.

On voie les instruments valser. Et comment ne se désaccordent-ils pas ?

Subjugués.

Oui on assiste à la démonstration d'une bonne mise en scène qui ne montre pas ses ficelles, qui nous transporte dans un monde féérique, qui transcende pour aller vers plus de beauté !
Bravo, encore bravo à tous !

 
"Rien si affinités", de Pascal Coulan Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
19-07-2017
"Rien si affinités", de Pascal CoulanLa Petite Caserne, 119 rue de la Carreterie à 15h15

De l'amour, encore de l'amour !!!

Un homme et une femme, la cinquantaine, se rencontrent sur un site internet.

C'est la mise en coupe des utilisateurs ce genre d'endroit.

En premier c'est le mensonge qui est roi, mensonge sur tout, l'âge, le physique, les cheveux... enfin l'allure. Puis mensonge sur les activités les sports pratiqués, les activités culturelles, etc... Nous sommes en présence de sites où le mensonge est roi, c'est le premier constat. Puis, l'organisation de la rencontre, quelle sera la finalité  : rencontrer l'amour, tomber amoureux, fonder quelque chose ou simplement s'envoyer en l'air ?

Lire la suite...
 
"Récital des postures (Le)", de Yasmine Hugonnet Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claude KRAIF   
19-07-2017

"Récital des postures (Le)", de Yasmine HugonnetDu 9 au 19 juillet 2017 à 10h AUX HIVERNALES 

Interprète : Yasmine Hugonnet

Sur un grand plateau blanc on distingue une forme immobile. La forme d’un corps qui va peu à peu se mettre à bouger. Doucement le corps va se séparer de ses vêtements comme le fait un papillon qui sort de sa chrysalide. C’est le corps dénudé d’une femme qui cherche à tâtons à conquérir l’espace. Elle est nue passant d’une pose à l’autre avec la lenteur des premiers gestes. Les postures ressemblent à des hiéroglyphes ou à un alphabet primitif, une parole des premiers âges dans le silence de l’éternité.

Ce spectacle est une initiation aux mystères de la naissance, de la procréation et de la vie. Il se passe quelque chose de particulièrement émouvant quand l’on entend une parole qui vient de l’intérieur de ce corps si bien maîtrisé. Une parole qui dit la danse. Qui dit l’art, quand le corps physique se fait spirituel. 

 
"Péguy - le visionnaire", de Samuel Bartholin Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
19-07-2017
"Péguy - le visionnaire", de Samuel BartholinDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 13, 20, 27) à 17h45 à la Maison de la poésie

Durée : 1h05

Il est sûr que Charles Péguy apprit à penser seul, mais il sut apprendre de son entourage : sa grand-mère maternelle tout d'abord, dont il préférait les histoires drôles parce que les merveilleuses... il avait peur qu'elles ne soient pas vraies !

À l'école de la République, ensuite, dont un devoir sur... Jeanne d'Arc lui ouvrit les portes du collège, puis du lycée Lakanal et Normale sup'...

Son origine rurale, pauvre mais pas misérable le poussa à s'engager dans le mouvement socialiste, à défendre Dreyfus et la vérité contre les mensonges de l'Armée tout en fondant une revue, les Cahiers de la Quinzaine, et poursuivant son oeuvre poétique dont l'inspiration chrétienne - la petite fille Espérance - le rendait inclassable à une époque où l'Église catholique avait quelque peu oublié le message de l'Évangile !

Mais tout ceci, Bertrand CONSTANT mis en scène par Laetitia GONZALBES vous le racontera bien mieux que moi, incarnant le poète et ses proches à différentes époques de sa vie, jusqu'à ce jour d'août 1914 où son nationalisme le rattrapa alors que de l'autre côté du Rhin, d'autres écrivains, poètes et artistes - comme Egon Schiele l'auraient invité à publier à Berlin...

Une "Internationale" d'intellectuels qui, pas plus que l'Internationale Socialiste, ne sauvera hélas l'Europe - et Péguy - de la Grande Guerre !

 
<< Début < Précédente 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivante > Fin >>

Résultats 105 - 112 sur 240