Accueil

Et le combat cessa faute de combattants.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Critiques du off 2017
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2016, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
Actu : Avignon off 2017
"C'est à cause d'elle", d'Andreï Ivanov, Denis Kojarine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2017
"C'est à cause d'elle", d'Andreï Ivanov, Denis KojarineDu 20 au 30 juillet 2017 (relâche le 25) à 20h25 à l'Archipel

Durée : 1h30

Quand la communication entre une mère et son adolescent de fils est rompue, ou du moins est réduite à sa plus simple expression, Internet ne facilitant pas les choses...

... ne pourrait-on pas trouver justement, grâce aux nouvelles technologies, un moyen de renouer le contact ?

Mais si l'usage des pseudonymes et des avatars peut dans un premier temps faciliter prises de contact puis... épanchements, jouer avec le feu, fût-ce virtuel, reste jouer avec le feu !

Deux comédiens biélorusses - Ludmila SIDORKEVITCH (la mère) et Dmitri DAVIDOVITCH (le fils) - remarquables, pour lesquels le surtitrage en temps réel, très au point, permet d'apprécier toute l'étendue du jeu...

 
"Toute ma vie j'ai été une femme", de Leslie Kaplan Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2017
"Toute ma vie j'ai été une femme", de Leslie KaplanDu 7 au 30 juillet 2017 à 18h Au Bout là-bas

Durée : 0h50

Si on ne naît pas femme, on le devient, de quoi disserte Toute ma vie j'ai été une femme ?

Essentiellement de la place que notre société de consommation assigne à la femme, des produits qu'elle lui impose (ustensiles électro-ménagers, produits de maquillage, d'habillage...), bref de l'image qu'elle (la société) veut qu'elle (la femme) renvoie et du rôle qu'elle (la société) veut lui (à la femme) faire tenir...

Rassurez-vous, c'est très ludique ! Je dirai même plus : ça déménage ! Et si les deux protagonistes (Sarah BUSSY et Sophie KIRCHER, qui assurent aussi la mise en scène) de cette entreprise de construction/déconstruction de clichés jouent avec les mots et aiment - au sens propre - les mises en boîtes (il y en a d'ailleurs 25 en carton), vous apprécierez tout autant leurs illustrations des coq-à-l'âne de Leslie Caplan !

Alors, sont-elles bien parties pour être des femmes... toute leur vie, à défaut de le devenir ?

Ou de l'avoir été...

 
"Nouveau(x) Genre(s)", de Caroline de Diesbach Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2017
"Nouveau(x) Genre(s)", de Caroline de DiesbachDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 11, 18, 25) à 16h15 Au Bout là-bas

Durée : 1h15

Tout ce que vous avez voulu savoir sur la psychanalyse... par l'exemple, séance par séance !

L'analysante (Caroline de DIESBACH) nous/se livre ici sur scène une représentation de sa propre analyse, alternant reconstitution de séances avec une psychanalyste (Isabelle GOMEZ) plutôt lacanienne, des projections vidéos (l'inconscient ? mais pas que...), des chansons (travail psychanalytique ? mais pas que...), et des adresses au public (le quatrième mur)...

Le spectateur assimile vite le rituel "Venez !" / "On s'arrête là" qui encadre les séances ; il aura alors le choix de s'attacher au sens de ce qui se dit (ou ne se dit pas), mais pourra aussi, titillé par la forme, oublier le fond, se (faire) surprendre - psychanalyser malgré lui - et, à son tour, laisser échapper de son inconscient... du non-signifiant ?

Un spectacle rare, jamais identique, un work in progress en quelque sorte, qui laisse le champ ouvert à de nombreuses discussions...

 
"Voyage Voyage !", de Jean-Luc Bosc, Marie-Émilie Nayrand Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2017
"Voyage Voyage !", de Jean-Luc Bosc, Marie-Émilie NayrandDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 11, 18, 25) à 12h15 au Nouveau Ring

Durée : 1h15

Le retour de Filomène (Marie-Émilie NAYRAND) et de Félix (Jean-Luc BOSC) qui, aux dernières nouvelles, coulaient des jours heureux !

Mais Filomène, ayant abusé du tabac et de l'alcool, se retrouve à l'hôpital après une greffe du cœur, au grand désespoir de Félix...

Alors, puisque l'opération s'est bien passée, il lui propose de partir en voyage, de voir du pays comme on dit !

Et ils en verront, jusqu'à ce que Félix, lui aussi, commette quelque abus... celui du temps qui passe ?

 
"KosmAnarchie", de Prévert & Kosma Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2017
"KosmAnarchie", de Prévert & KosmaDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 8, 17, 24) à 10h45 au Notre Dame

Durée : 1h15

Kosma... OK, mais anarchie... Prévert ?

Cela commence, ou plutôt ne commence pas - l'ennui semblant avoir contrarié le poète, en l'occurrence Jacques Prévert...

Sur le plateau, une pianiste (Françoise TILLARD), en attente, assise à son piano ; sur le canapé, une soprano (Clémentine BOURGOIN), comme on le découvrira dans un instant, et un baryton (Renaud BOUTIN), de même ; tous trois sont habillés à l'identique : costume noir, chemise blanche et cravate... rouge !

Car KosmAnarchie, le spectacle dédié à Prévert et à Kosma qu'ils nous proposent est un spectacle lyrique - du moins dans sa partie chantée, la partie théâtre parlé étant quant à elle orientée plus grand guignol, sans doute pour illustrer (rendre, respecter, etc.) les (justes) propos anarchistes du poète...

Anarchie, un mot qu'on aurait un peu oublié ces cent dernières années... mais qui risque de brusquement revenir à la mode quand le retour au XIXè siècle annoncé sera réalisé !

Mais comme disait un autre poète, vivons heureux en attendant... et dégustons ce surprenant opéranarchique, étonnant et détonnant condensé de l'esprit de Prévert !

 
"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ? ", de Brassens, Chemirani, Brion Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2017
"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ? ", de Brassens, Chemirani, BrionDu 6 au 30 juillet 2017 (relâche les 10, 13, 17, 24) à 18h30 au verger d'Al Andalus

Durée : 1h15

Et comment donc !

Il faut dire que Brassens, c'est plutôt bien écrit, et pas si simple que ça à chanter...

Alors par une femme (Mardjane CHEMIRANI), et accompagnée au piano (par René BRION, qui a fait les arrangements)...

... ça ne serait pas plutôt un spectacle sur Barbara ?

Que nenni ! Encore que ces deux-là en auraient le talent...

Mais là n'est pas le propos ! La reprise - ou plutôt la re-création - des chansons de Brassens que l'on nous offre ici nous fait certes retrouver avec bonheur et mélancolie (celle de Saturne) les textes et les airs du grand George...

... mais aussi découvrir d'autres manières, un autre timbre, une autre diction pour les interpréter qui ajoute et même multiplie l'émotion que l'on ressent, à la fois pour l'oeuvre proprement dite et les souvenirs que l'on en garde !

Les déclarations d'amour (Jeanne, L'orage, Les sabots d'Hélène, Les Passantes, Oncle Archibald... La fessée) comme d'amitié (Pauvre Martin, L'Auvergnat...) et les autres (Brave Margot, Quatre vingt quinze pour cent, Gare au gorille...), toutes auront ce petit quelque chose qui fait que, décidément, on n'en aura jamais fini avec Brassens !

Et donc que pour l'heure, on reprendrait bien, plutôt deux fois qu'une...

... du Mardjane CHEMIRANI et du René BRION !

 
"Ce quelque chose qui est là...", de Chantal Morel Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2017
"Ce quelque chose qui est là...", de Chantal MorelDu 7 au 28 juillet 2017 (relâche les 12, 19, 26) à 16h45 à l'Artéphile

Durée : 1h05

Deux hommes, une motocyclette (enfin son bruit)... Ils ont été "nettoyeurs" de Tchernobyl, l'un, Yakov (Roland DEPAUW) a des brûlures qui n'en finissent pas, l'autre, Gouri (François JAULIN), à défaut de revenir habiter chez lui s'est mis dans la tête de rapporter une porte de chambre... dédicacée !

Adaptée de La nuit tombée d'Antoine Choplin, la mise en scène de Chantal MOREL se concentre sur ces deux personnages, utilisant des voix off et/ou une marionnette pour les autres ; ainsi la relation particulière de ces deux "liquidateurs" qui montèrent ensemble sur le toit du réacteur est-elle mise en exergue, indépendamment du fait que l'un revient après deux ans passés "à l'abri" en ville...

... tandis que le choix des faibles lumières, de la nuit, rappelle que ce quelque chose qui est là est invisible !

Mais restera présent encore longtemps, bien longtemps...

 
"Citrons Citrons Citrons Citrons Citrons", de Sam Steiner Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2017
"Citrons Citrons Citrons Citrons Citrons", de Sam SteinerDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 12, 19, 26) à 15h15 à l'Espace Alya

Durée : 1h10

Et si un amendement "twitter" passait ? Non, ne riez pas, en ces temps ploutocratiques où l'on se voit imposer un produit marketing à la tête de l'État, quelque chose de similaire pourrait bien arriver : à défaut de celle de l'air, imaginez une privatisation de la parole, où tout mot au-delà de 140 par jour serait facturé...

Certes, vous me direz que cela réduirait le nombre de c...ies que l'on entend... mais limiter la quantité n'implique pas pour autant que la qualité soit au rendez-vous ! Et puis il n'y a qu'à regarder outre-Atlantique pour voir - ou plutôt entendre - que l'argent dispense de facto de surveiller ses propos...

Mais ce serait surtout dans l'intimité qu'une restriction du nombre de mots serait... perturbante, surtout si la limite des 140 mots s'applique indifféremment au travail comme à la maison !

Voyons donc comment Bernadette (Camille de PREISSAC), avocate (stagiaire) plutôt légaliste et Olivier (Sébastien CORONA, qui a adapté et signé la mise en scène de la pièce de Sam Steiner), musicien (à la maison) plutôt contestataire vivront l'application de cette loi dans leur couple...

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 17 - 24 sur 233