Accueil

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Critiques du off 2017
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2016, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
Actu : Avignon off 2017
"Choix des âmes (Le)", de Stéphane Titeca Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
27-07-2017

"Choix des âmes (Le)", de Stéphane TitecaLa Luna, 1 rue Séverine à 15h45

Ils sont deux, deux soldats de la première guerre mondiale chacun de son côté à proximité des tranchées, le Français dit à sa mère, à qui il écrit, qu'il est là pour venger ses frères déjà tués au combat, sa haine farouche envers l'ennemi. L'Allemand dit à sa femme dans des lettres très tendres mais où il cache la misère dans laquelle il se trouve combien il l'aime. C'est un violoncelliste, pas un militaire. Ils n'ont rien en commun, l'un est de la campagne, il s'occupait de la ferme familiale, l'autre de la ville, il a voyagé, fait des concerts...

Soudain une explosion et les voilà tous deux au fond d' un trou d'obus, l'Allemand est armé et blesse le Français à la jambe, mais il ne veut pas le tuer, ils ont besoin l'un de l'autre pour sortir... ils vont essayer de cohabiter autour du violoncelle de fortune fabriqué par l'Allemand. Il vont peu à peu oublier leurs peurs, mettre de côté leur haine, essayer de construire une espèce de vie au milieu des troupes dans leur trou dont ils n'arrivent pas à s'extraire.

Lire la suite...
 
"Sur Racine", de Roland Barthes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claude KRAIF   
27-07-2017

"Sur Racine", de Roland BarthesTHEATRE L’ALBATROS  Du 17 au 30 juillet 2017

Conception : Véronique Daniel

Mise en scène : Alain Bonneval

Avec : Alain Bonneval, Véronique Daniel, Matthieu Milesi

Roland Barthes commence son exposé aussi calme et tranquille que les comédiens peuvent être passionnés. Il fait appel aux acteurs de la tragédie racinienne pour illustrer son propos. Les alexandrins vont servir la parole d’amour et de haine. Telle est la démonstration qui a lieu, une parole qui est la vie quand le silence est la mort. Véronique Daniel interprète les héroïnes tragiques. Elle sert le texte avec toute la force de l’émotion, passant du rire aux larmes, de la douceur à la violence, avec la plus parfaite maîtrise.

Devant nous se dévoile tout le prisme de la comédie humaine. Toute l’intelligence des sentiments s’affirme dans l’agencement subtil des mots. L’âme humaine est bien la résultante de tous les archétypes qui participent au langage et qui nous constituent.

Ce spectacle est une réussite, entendre des extraits des pièces de Racine, écouter Roland Barthes nous dire tranquillement le pourquoi des passions et la puissance des mots.   

 
"NoShow / un show-must-go-on à tout prix (Le)" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Elissa KOLLYRIS   
27-07-2017

"NoShow / un show-must-go-on à tout prix (Le)"Théâtre 11 Gilgamesh-Belleville, 11 boulevard Raspail à 23h (relâche le 18 juillet)

Le NoShow, création collective.

Une coproduction du Collectif Nous Sommes Ici & du Théâtre DuBunker.

Avec François Bernier, Véronique Chaumont, Annabelle Pelletier-Legros, Ève Pressault, Hubert Lemire, Sophie Thibeault. 

Libres de payer le tarif qui leur convient – six tranches étant proposées : 0 (culte du dimanche), 12 (entrée d'une place de cinéma), 20 (strapontin du IN), 33 (pass journée Arles), 55 (heure de massage) ou 90 euros (match de foot) –, les spectateurs se retrouvent par la suite face à une scénographie froide qui s'apparente à un salle de conférence. Les acteurs arrivent un par un, l'air grave. Et en effet l'heure est grave. Les comptes de la billetterie vont être faits. Et certains acteurs vont devoir quitter la scène, pour que les autres, restant, soient payés décemment.

Lire la suite...
 
"J'ai bien fait ?", de Pauline Sales Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Elissa KOLLYRIS   
27-07-2017

"J'ai bien fait ?", de Pauline SalesThéâtre 11 Gilgamesh-Belleville, 11 boulevard Raspail, à 17h30 (relâche les 11, 18 et 25 juillet)

Écrit et mis en scène par Pauline Sales.

Avec Gauthier Baillot, Olivia Chatain, Anthony Poupard, Hélène Viviès.

C'est l'histoire d'une professeure de français, en « post-adolescence et pré-retraite », qui débarque à Paris chez son frère plasticien, avec qui elle ne s'entend pas. Elle se retrouve alors face à une de ces anciennes élèves, Manhattan, devenue femme de ménage. Manhattan représente l'incarnation ultime de l'élève à la fois clairvoyante et défaitiste. C'est l'histoire d'un couple en crise, d'un artiste vieillissant – de ceux-là, et de tous ceux qu'ils côtoient.

Lire la suite...
 
"Jaz", de Koffi Kwahulé Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par MD   
27-07-2017

"Jaz", de Koffi KwahuléJaz à 19h à la Chapelle du Verbe Incarné

(avec un seul Z pour marquer l’amputation irrémédiable que l'on ressent après l'expérience traumatique du viol)

avec Ludmilla Babo et le Mister Jazz band

mise en scène Alexandre Zeff

On ne sort pas indemne de ce spectacle. La violence du texte qui ne fait aucune concession est transcendée de toute part par la musique du jazz band, l'actrice chanteuse tout à fait extraordinaire, la mise en scène qui concentre le regard et enfin la lumière qui sublime le tout !

Lire la suite...
 
"Orphée et les bacchantes", d'Imago des Framboisiers Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
26-07-2017
"Orphée et les bacchantes", d'Imago des FramboisiersDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 11, 18, 25) à 21h au Chapeau Rouge

Durée : 1h10

En dépit de la présence de Sapphô, l'idéal féminin (Marie BEAUMONT, le M. Loyal de la pièce), les Bacchantes (Amélie LUGEZ, Deáky SZANDRA), qui jalousent la belle Eurydice (Delphine THELLIEZ) parce qu'elle leur a pris le cœur d'Orphée (Jean-Baptiste SIEUW, à qui l'on doit le texte et la mise en scène), vont se déchaîner contre elle tels... des hommes !

Puis contre Orphée, tels des loups - mais bon, le poète ayant perdu une seconde fois sa bien-aimée chez Hadès, on peut dire qu'il s'agit là plus d'une aide au suicide...

... même si "ça" les défoule !

Comme quoi l'Homme reste un jouet des femmes et des dieux - ici en l'occurrence des déesses, avec une Aphrodite (Deáky SZANDRA) impressionnante (elle assure il est vrai la chorégraphie du spectacle)...

 
"In Tempo Rubato", par le Théâtre El Duende Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Aurélie COURTEILLE   
26-07-2017

"In Tempo Rubato", par le Théâtre El DuendeDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 10, 24) à 20h45 aux Lucioles

Durée : 1h15

Une aventure musicale drôle et amusante à ne pas manquer, source d’une énergie et d’une originalité étonnante.

À l’ouverture de cette représentation, un chef d’orchestre pour le moins excentrique et surprenant venant investir le décor de la scène, laquelle rappellera l’espace à la fois anonyme, intime et mouvant de la rue.

Déconcertant de par son allure mais immédiatement reconnaissable à sa baguette, cet individu fantasque mais néanmoins sympathique dirigera musiciens, comédiens et spectateurs à venir se réunir autour de la musique, véritable fil rouge de cette comédie.

Bienvenue in tempo rubato !!

 
"Inde éternelle (L')", de et avec Shakti Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
26-07-2017
"Inde éternelle (L')", de et avec ShaktiDu 14 au 26 juillet 2017 à 18h au Garage International

Durée : 0h40

Les devadasis, servantes de Dieu, qui lui consacrent leur vie ainsi qu'à la danse, vues par SHAKTI à travers les âges !

Mukya (danse finale de libération), Mangala Charyam (danse de la prière) et Shankarabaranam Pallavi (danse de l'amour)...

Avec aujourd'hui le costume traditionnel, complet, de la tête aux pieds - clins d'œil et postures, tapes du pied...

Puis dans un simple sari, comme il y a 100 ans ; et enfin, comme il devait être à l'origine, nue - le Kamasutra n'est-il pas d'origine hindoue ?

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 25 - 32 sur 229