Accueil

L'amour dans sa prudence est toujours indiscret ;

A force de se taire il trahit son secret :

(P. Corneille)
 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Critiques du off 2017
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... Voici (enfin) la moisson 2016, et toujours celles des Festivals Off précédents : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
Actu : Avignon off 2017
"Un jour ou l'autre", de Linda Mc Lean Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
23-07-2017

"Un jour ou l'autre", de Linda Mc LeanArtéphile à 14h10 (relâche les 12, 19, 26)

Quel bijou !!! une pièce à tiroirs... magnifique !

Un intérieur des plus désuet, peu de meubles, peu de lumière, tout est exigu, ratatiné pourrait on dire, c'est un peu oppressant. Mais les personnages, un homme et une femme vont nous porter tant ils sont sympathiques, fragiles... très fragiles.

Très vite à les entendre on comprend qu'il sont bloqués par leurs peurs en tout genre mais surtout peur de l'extérieur, alors il s'enferment osant de temps en temps jeter un œil par la fenêtre mais lumières éteintes pour ne pas être vus.

Lire la suite...
 
"Cyclones", de Daniely Francisque Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par MD   
23-07-2017

"Cyclones", de Daniely FrancisqueChapelle du Verbe Incarné à 13h50

avec Daniely Francisque, Gloriah Bonheur

mise en scène : Patrice Le Namouric

Une écriture dramatique haletante pour une mise en scène poétique.

Nous assistons à un drame humain alors que l'ouragan approche, un drame intime, des retrouvailles entre deux sœurs impossibles quand le passé comme le cyclone nettoie et détruit sur son passage.

L'écriture est à la fois précise dans sa construction, haletante dans son déroulé, énigmatique tout au long et nous entraîne dans les méandres de l'intime et du non-dit.

Mais ce qui frappe c'est le contraste avec une mise en scène épurée, lente et chorégraphiée par moment qui nous fait passer un moment inoubliable sensible et inquiétant.

Daniely Francisque et Gloriah Bonheur sont des comédiennes excellentes, belles et vibrantes.

Une voix off commente l'avancée de l'ouragan pendant le spectacle comme l'annonce d'un nouvel acte dans la progression dramatique. Mais au moment du salut le cyclone continue dans nos têtes.

Vibrant et ardent !

 
"Pour que tu m'aimes encore", d'Elise Noiraud Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
22-07-2017
"Pour que tu m'aimes encore", d'Elise NoiraudDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 12, 19, 26) à 21h40 aux Ateliers d'Amphoux

Durée : 1h25

Élise, ou l'été de mes treize ans... Ah, non, c'était Véronique, et puis Élise a treize ans et demi, bientôt quatorze, et elle est en 4è au collège, avec Tony qui a un an de plus, parce qu'il a redoublé sa 6è - car à l'époque, il avait été troublé par le déménagement et le divorce de ses parents...

Pas facile de gérer son premier baiser quand il faut aussi gérer une mère... très présente !

Mais bon, il y a Céline, les chansons de Céline - c'est si moi, dixit la prof' de gym...

Quatre-vingt-cinq minutes de pur bonheur en accompagnant les démêlés d'Élise (NOIRAUD) du premier soutien-gorge... à pingouins plutôt que pigeonnant, jusqu'à la prévisible visite chez la psychologue, en passant par la première boum !

On ne sait pas la part d'autobiographie et d'exagération, mais on en redemande volontiers...

 
"Dernier chant (Le)", d'Emmanuel Ray d'après Tchekhov Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
22-07-2017
"Dernier chant (Le)", d'Emmanuel Ray d'après TchekhovDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 11, 18, 25) à 17h25 au Nouveau Ring

Durée : 1h10

Un goûteux pot-pourri de Tchekhov qui reprend nouvelles, correspondances, pièce en un acte et extrait culte :

Le baron, nouvelle qui raconte le "pétage de plombs" d'un vieux souffleur devant un Hamlet... roux !

Elle et lui, nouvelle qui raconte la magie qui nimbe les artistes lors de la montée sur scène ;

Correspondances avec Olga, qui montre les doutes de l'actrice lors de la générale ;

Le chant du cygne, pièce en un acte où Fiers aura été oublié de tous... sauf du vieux souffleur !

Et enfin un extrait de La Mouette, lors du célèbre monologue de Nina, expurgé toutefois des trois "Je suis une mouette - non, ce n'est pas ça"...

Plus quelques tableaux figés à l'esthétisme (lumières, composition) remarquable !

Que demander de plus, hors la lune et les étoiles ?

 
"Vie sans chiffres (La)", d'Olivier Dutaillis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
22-07-2017
"Vie sans chiffres (La)", d'Olivier DutaillisDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 12, 19, 26) à 15h40 au Petit chien

Durée : 1h15

Alors qu'elle va intervenir lors de la 220è ou 320è mesure Anna, flûtiste concertiste atteint de mathématopathie aiguë (une forme oscillant entre TOC et numérologie) démissionne brutalement de l'orchestre en plein concert et va entamer une année - sympathique - sabbatique pour tenter de se guérir de cette affection invalidante...

Il lui apparaît vite, lors d'une réunion aux M.A. (Mathématopathes Anonymes), qu'il lui faut revenir à la source, quand sa professeur de mathématiques l'avait gratifié d'un commentaire peu flatteur du genre Le zéro a été inventé pour elle !

Olivier DUTAILLIS nous offre une savoureuse adaptation de son roman, en collaboration avec Joëlle SERANNE, qui campe une Anna décoiffante durant plus ou moins soixante quinze minutes (on n'a pas compté les gouttes !) de thérapie par l'humour...

... effet secondaire d'origine suédoise inclu !

 
"Sandre", de Solenn Denis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
22-07-2017
"Sandre", de Solenn DenisDu 6 au 26 juillet 2017 (relâche les 12, 19) à 13h45 à la Manufacture Patinoire

Durée : 1h25

De l'éducation domestique pour faire une parfaite épouse, et cuisinière hors pair pour garder - ou faire revenir - son mari à la maison...

... mais encore faut-il que le mari ait conscience de tout ce qu'il doit à sa femme, mère de ses deux enfants !

Sinon on peut comprendre que celle qui est devenue une desperate housewife, interprétée par un homme (Erwan DAOUPHARS, excellent) pour le... contraste puisse avoir "dérapé", même si elle n'est pas folle...

... comme on préférerait le croire, pour établir une limite entre le "normal" et le "monstrueux" !

 
"Comme il vous plaira", de William Shakespeare Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
22-07-2017
"Comme il vous plaira", de William ShakespeareDu 7 au 30 juillet 2017 (relâche les 10, 17, 24) à 11h20 à l'Arrache-cœur

Durée : 1h30

13 personnages joués par 4 comédiens et 1 comédienne, ajouté au fait que Shakespeare aime bien que ses personnages se travestissent...

... on s'attend à ce qu'il y ait des confusions et des quiproquos !

En fait, le changement de personnages se fait à vue, qui en passant un survêtement, qui en retirant sa veste pour dévoiler...

... un maillot de lutteur !

Il est donc facile de suivre l'intrigue, qui pour un Shakespeare fait peu de mort (Charles le lutteur, vite évacué du plateau après usure) mais complique relations amoureuses et fraternelles : Rosalinde, très amie avec sa cousine Celia tombe amoureuse (et c'est réciproque) du bouillonnant Orlando, mais doit s'exiler en forêt sur ordre de son oncle Frédéric, père de Celia - qui, du coup, s'enfuit avec sa cousine...

Elles finiront par y retrouver le vieux duc, banni par son frère Frédéric qui lui avait ravi le duché. Quant à Orlando, fâché avec son frère Oliver, il rôde aussi en forêt où il finira par le sauver d'un lion - d'où réconciliations, mariages et entrées dans les ordres en série !

Comme il vous plaira est une histoire de bande (rien à voir avec la dernière de Beckett) selon la jeune et talentueuse Aurélie TOUCAS, qui nous offre une mise en scène alerte et efficace où il appert que se mettre au vert peut contribuer à réduire les tensions...

... et même contribuer à solutionner bien des problèmes !

 
"Baie des anges", de Serge Valletti Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
22-07-2017

"Baie des anges", de Serge Valletti11Gilgamesh Belleville, Boulevard Raspail, à 13h45

Une pièce de Valletti un peu déroutante.

Mais un magnifique spectacle.

Baie des Anges, on croirait le titre d'un film d'autant plus que dès le début de l'histoire on a l'impression d'être au cinéma et de suivre un polar bien noir. Puis le spectacle va devenir théâtre en devenir, c'est à dire que la pièce est construite comme une oeuvre qui se construit. Les acteurs arrivent parlent avec le metteur en scène, puis les scènes sont jouées avec musiques et lumières que l'on croit faites en direct.

Valletti a voulu mélanger l'intrigue, et de se fait on perd pied parfois, car on va de rebondissements en rebondissements.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 57 - 64 sur 229