Accueil

Le véritable amour, dès que le coeur soupire,

Instruit en un moment de tout ce qu'on doit dire.

(P. Corneille)

 
Accueil
Rédactionnel
Critiques
Agenda
Actu des compagnies
Manifestes
Vos annonces
Echanges
Nous écrire
Sites à voir - vos liens
Outils
Navigateurs...
Rechercher
Extraits filmés
Pendant toute la durée du festival d'Avignon, notre webreporter Jean-Yves Bertrand court les pièces pour en croquer des bouts sur vidéo... En attendant la moisson 2018, revoyez celles des Festivals Off précédents : 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001...
Ont fait Avignon
AU PAYS DES RONDEURS - LES SOURICIEUSES
Les Souris Vertes dé-Croassent en Lorraine, puis à Roanne au Festival Tables ouvertes - voir leur tournée (vues au festival d'Avignon 2010)

LA BELLE AU BOIS DE CHICAGO
à la COMÉDIE DE NICE, du mardi au samedi à 21h30, du 14 au 25 mai 2013 (vue au festival d'Avignon 2011)

CHRONIQUE D'UNE MÈRE ORDINAIRE
au THÉÂTRE DU NORD-OUEST (vue au festival d'Avignon 2012)

MARLON
en tournée (vue au festival d'Avignon 2010)

MÉTALLOS ET DÉGRAISSEURS
en tournée (vus au festival d'Avignon 2011)

MORTS SANS SÉPULTURE
au THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT les vendredis à 20h30 (vus au festival d'Avignon 2012)

ORLANDO
le 24 septembre 2012 à Arthès (81), lors du festival Chantons Sous Les Toits (vus au festival d'Avignon 2006)

LE PAPALAGUI
en tournée (vu au festival d'Avignon 2012)

RÊVERIES D'UNE JEUNE FILLE AMOUREUSE
à la FOLIE THÉÂTRE, Je, Ve, Sa à 21h30, le dimanche à 18h à partir du 25 octobre 2012 (vues au festival d'Avignon 2012)

LA VIOLONISTE ET L'ESPRIT DE LA CHAISE
du 27 avril au 30 juin 2013 Sa, Di à 18h à l'AKTÉON-THÉÂTRE (vus au festival d'Avignon 2008)

 
Actualité
"Cadré-Décadré", de Sophie Raynaud Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2018

"Cadré-Décadré", de Sophie Raynauddu 7 au 29 juillet 2018 (jours impairs) à 12h au Tremplin
Durée : 0 h 50

Autoportrait de l'artiste avec roses rouges...

On pense tout de suite à Carmen, il y a d'ailleurs un extrait musical, mais comme il s'agit d'une danseuse et non d'une peintre, il va falloir jouer des coudes pour rentrer dans le cadre !

On peut aussi changer de cadre, en prendre un plus grand, mais il faudra alors le remplir...

Ou alors, juste "imaginer" le cadre ?

Réponse et démos dans ce solo de danse contemporaine conçu et interprété par Sophie RAYNAUD, qui le présentera aussi les 4 et 11 octobre prochains au Théâtre Antibéa (06)...

 
"Envol de Talo Kant (L')", de et avec Maryse Gattegno Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
28-07-2018

"Envol de Talo Kant (L')", de et avec Maryse Gattegnodu 6 au 29 juillet 2018 à 10h40 à l'Al Andalus
Durée : 1 h

C'est l'histoire de Talo Kant, à qui on ne la fait pas puisque, si la Bon Dieu lui a donné la curiosité, autant s'en servir !

Il va donc entreprendre, en marchant - mais rien à voir avec une République de pacotille pour les 1 % - de visiter les sept mondes, puis de s'en retourner chez lui, dans ce monde-ci, en demi-cercle...

Écrite et interprétée, texte et musique, par Maryse GATTEGNO dans le - très propice aux contes genre 1001 nuits - verger d'Al Andalus, cette histoire surréaliste pour adultes en pleine croissance pourrait effectivement, si on ferme les yeux, se projeter en un film sur nos paupières - on verrait bien un film d'animation...

... mais dans un premier temps, un livre genre Le Petit Prince, ça le ferait bien !

 
"FÂCHEUX (LES)", de Molière Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Claude KRAIF   
27-07-2018

"FÂCHEUX (LES)", de MolièreAu Théâtre des Lucioles du 6 au 29 juillet 2018, relâche le mardi.

Mise en scène : Pierrot Corpel

Avec : Magalie Lopez, Sylvain Baurens, Loïc Carcassès, Ibrahim Hadj Taieb

Musicien : Pierrot Corpel

Sur la scène un mécanisme d’horlogerie géant figure le temps qui passe. Les fâcheux se sont ces individus qui viennent parasiter le cours inexorable du temps. Ils surgissent au moment le plus inopportun, envahissants, encombrants, indélicats. C’est une pantomime joyeuse et intempestive où les acrobaties et les tours de passe-passe rivalisent. Le jeu des comédiens fait souvent penser à Louis de Funès. Ils sont bondissants, habiles à se métamorphoser en de multiples personnages. Les alexandrins de Molière s’accordent avec élégance à la musique en live et aux percussions.

Un joyeux spectacle donc, qui associe la comédie, le rire et le questionnement. Tout un chacun peut être à son tour, le contrarié ou le fâcheux.

 
"Plaisir de rompre & Le pain de ménage (Le)", de Jules Renard Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2018

"Plaisir de rompre & Le pain de ménage (Le)", de Jules Renarddu 6 au 29 juillet 2018 (relâche les 15, 22) à 21h35 à l'Espace Roseau
Durée : 1 h 25

Deux petits bijoux d'intelligence et de... sensualité, que l'on doit à l'auteur de Poil de carotte, où la femme (Claire GUYOT) en est, à juste titre, la pièce maîtresse...

Dans Le Plaisir de rompre, son ancien amant (Tristan PETITGIRARD) lui rend une ultime visite avant de convoler avec une jeunette que l'on se doute bien dotée mais qu'il n'aime pas plus que ça, tandis qu'elle semble se résigner à un protecteur rangé des aff(ai)res de l'amour : la raison va-t-elle l'emporter ?

Ensuite, dans Le pain de ménage, en discutant avec un ami (Geoffroy GUERRIER) d'adultères passés ou à venir, possibles ou probables, elle le met au pied du mur en répondant à sa proposition lancée en l'air : la déraison va-t-elle l'emporter ?

Réponses à l'Espace Roseau (salle Jacques Brel), dans une mise en scène épurée d'Edgar GIVRY qui va à l'essentiel : le jeu de l'amour... et du langage entre adultes consentants !

 
"Flaubert : Lettres à Louise Colet", de Gustave Flaubert Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2018

"Flaubert : Lettres à Louise Colet", de Gustave Flaubertdu 6 au 29 juillet 2018 (relâche les mercredis) à 19h Au Magasin
Durée : 1 h 10

Jugées trop scandaleuses, la plupart des réponses de Louise Colet aux lettres de Flaubert ont été détruites, d'abord par l'auteur de Madame Bovary, puis après sa mort par sa nièce...

Marie-Stéphanie SUTTER, qui interprète celle qui fut la muse de l'écrivain (mais pas que), nous fera donc part des lettres de Flaubert, et, une fois la longue gestation du roman achevée (1851-1856), d'extraits de Madame Bovary !

Enflammées et pleines de passion au début, ces lettres adopteront ensuite une tonalité plus intellectuelle, puis se raréfient au fur et à mesure que Madame Bovary prend place dans le quotidien de l'écrivain, bourreau de travail, que son isolement dans sa Normandie natale à Croisset favorise...

Certes, il y eut bien les deux années d'évasion en Orient (qui lui inspireront Salammbô) mais c'était plus une réponse, très masculine ("Courage, fuyons !"), à l'annonce que Louise serait peut-être enceinte !

De l'élégance des hommes, furent-ils de grands hommes...

 
"Tio, itinéraire d'une enfant de Brassens", par Christina Rosmini Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2018

"Tio, itinéraire d'une enfant de Brassens", par Christina Rosminidu 6 au 29 juillet 2018 (relâche les mardis) à 17h au Grand Pavois
Durée : 1 h 15

... ou le parcours d'une petite fille d'ouvriers venus d'Espagne, d'Italie et de Corse raconté avec 90 % des mots (poèmes, chansons, lettres et interviews) de Georges Brassens !

Avec un impressionnant travail sur les costumes (Charlotte VILLERMET/Jacques LE GARREC) et des portraits de famille... originaux, Christina ROSMINI nous convie, accompagnée à la guitare de Bruno CAVIGLIA et aux percussions de Xavier SANCHEZ ou Christophe GALLIZIO en alternance à soixante-quinze minutes de textes, de chansons et de danse dans une mise en scène enlevée de Marc PISTOLESI...

C'est à la fois très vivant, jaillissant et très dense - au bon sens du terme - que l'on se précipitera à la sortie sur le CD du spectacle afin de revivre la magie de ce moment avignonesque !

 
"Molly B", d'après James Joyce Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2018

"Molly B", d'après James Joycedu 6 au 29 juillet 2018 à 14h45 à la Maison de la poésie d'Avignon
Durée : 1 h

Molly Bloom, dernier chapitre du roman Ulysse (1922) de James Joyce, a eu beaucoup d'adaptations théâtrales au vu des possibilités d'incarnation, de montage et de restitution que ce monologue intérieur, non ponctué, peut offrir à une comédienne...

Ici, c'est Cécile MOREL qui s'est emparé d'un peu moins de la moitié du monologue - qu'elle a modernisé, et se met en scène, interprétant quelques airs originaux (en anglais dans le texte) ainsi que deux ajouts personnels, plus latins !

L'important étant d'incarner pleinement cette Pénélope en mal de voyages et de... satisfaction, d'y porter ses réflexions et ses interrogations sur le plaisir féminin, son plaisir (ce qui n'empêche pas d'y saupoudrer avec humour son cynisme clairvoyant et son désabusement lucide)...

... bref, puisqu'il s'agit d'une recherche de plaisir, d'incarner - d'être - la sensualité !

 
"Moment d'angoisse chez les riches", de Kurt Tucholsky Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jean-Yves BERTRAND   
27-07-2018

"Moment d'angoisse chez les riches", de Kurt Tucholskydu 6 au 29 juillet 2018 (relâche les lundis) à 13h à la Bourse du travail CGT
Durée : 1 h

Un bruit de machine à écrire et de textes dictés en allemand introduit ce spectacle qui met en valeur un auteur allemand visionnaire (1890-1935) au sens de l'anticipation étonnant qu'il convenait de (re)découvrir...

Dirigées par Henri BOTTE, Marion ZABOÏTZEFF nous interpellera à la façon de Kurt Tucholsky, tandis que Lexie T à la beatbox assurera l'accompagnement sonore et musical, très moderne, comme l'étaient - et le restent - les propos de ce libre penseur antimilitariste dont la seule arme était... la machine à écrire !

Du conflit entre deux jumeaux - l'un ne tient pas vraiment à sortir dans le monde tel qu'il est - à cette accoutumance progressive à la dictature dans une file d'attente pour un concert, en passant par une harangue politique destinée à maintenir le calme et l'ordre, les exemples de dénonciation de ce qui n'allait pas dans l'entre-deux-guerres ne manquent pas...

Et aujourd'hui ? Remplacez dictature par... disons néolibéralisme, calme et ordre par règle d'or et pénalisation de l'accueil des migrants, et vous risquez d'avoir une réponse plutôt déplaisante !

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 9 - 16 sur 209
 
Image du moment
eeee1.jpg
Section de Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Archives
Sites liés

un poisson

un poisson bariolé