"Déviation", de Mouloud Belaïdi
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
23-02-2015
"Déviation", de Mouloud BelaïdiAu Théâtre du Sablier, la dernière pièce de Mouloud Belaïdi, Déviation

Un hommage au peuple gitan.

Il a vécu dans une cité avec les gitans, dans le sud de la France, il les a appréciés mais un jour il a vu leur sort décliner,  le jour où le tri sélectif est apparu. Les centres de tri  grillagés et gardés ont thésaurisé les métaux que les gitans ramassaient pour survivre les renvoyant dans une paupérisation certaine.

Cette tragédie du quotidien, résultat d'un soi disant progrès : le recyclage des déchets qui a permis à des sociétés déjà prospères de faire encore plus de profits alors qu'un micro circuit économique a été ainsi détruit.

Mouloud Balaïdi et son épouse Corinne Levesque jouent cette histoire avec humour et tendresse.

Ils veulent évacuer les images classiques de papier glacé des gitans et de leurs roulotes en file indienne sur les routes de l'errance et celle des guitaristes à la nuit tombée qui jouent pour les touristes en recherche d'identités perdues.

La déviation, fil conducteur , image toute simple mais bien réelle comme celle vue en Courtine en Avignon de la collusion des deux panneaux indicateurs accolés :gens du voyage et décharge publique, indiquant clairement que gitans et décharge sont une même direction, un même aboutissement. Evacuation des individus qui va de pair avec celle des déchets, l'image n'est pas neutre, où est l'intégration, la place de l'homme, de l'humain dans tout cela.

Les minorités sont vouées à la disparition, l'élimination sous le rouleau compresseur du progrès dit on, du profit devrait on dire.

Le Théâtre du Sablier , tel un dernier bastion gaulois en terre conquise par les anti barbares, nous offre encore une fois une bouffée de fraîcheur dans cette morne plaine orangeoise. Heureusement qu'il est là ce théâtre, un peu de culture peut ainsi être sauvegardée.