"THEATRE AMBULANT CHOPALOVITCH (LE)", de Lioubomir Simovitch
Écrit par Claude KRAIF   
24-03-2016

"THEATRE AMBULANT CHOPALOVITCH (LE)", de Lioubomir SimovitchLe collectif TDP, cie associée au théâtre de pierres

Théâtre d’O Montpellier, les 23, 24 et 25 mars 2016

Mise en scène Pierre Barayre

Distribution : Hélène Azéma, Ludivine Bluche, Pierre Barayre, Eglantine Jouve, Eric Jovencel, Fred Lopez, Jérome Médeville, Grégory Nardella, Marion Weidmann, Barbara Weldens

C’est la guerre, l’occupation, les résistants, les collabos, la vie, la mort dans l’éternelle dualité du bien et du mal. Survient le théâtre ambulant Chopalovitch. Comment ces saltimbanques, ces artistes pourraient-ils prétendre à se jouer de la réalité ? A être le troisième terme qui serait le moyen de résistance et de résilience permettant de surmonter les épreuves. Ils sont là sur la scène, les comédiens qui jouent les comédiens et les comédiens qui jouent les villageois. C’est la confrontation de la réalité triviale avec l’imaginaire. C’est le chant qui va être le fil conducteur. Le chant qui raconte l’épopée, la comédie et la tragédie.

Quelle prétention donc de poser ses valises au milieu des bassines, des balais et des serpillières, de recréer le monde par le mythe et la transcendance. La mise en scène de Pierre Barayre donne aux acteurs l’occasion d’exprimer toute leur vitalité. Ils vont. Viennent. Les dialogues sont souvent drôles, parfois violents. Le jeu des lumières, le clair obscur, l’apparition et la disparition, tout se fait et tout se défait. Le théâtre de la vie a tôt fait de laisser la place. La résilience c’est aussi accepter ce que la vie a d’éphémère. Les occupants finissent par partir, les sédentaires peuvent devenir nomades et les nomades peuvent devenir sédentaires. Le théâtre ambulant va chercher d’autres lieux pour poser ses tréteaux.