"Un bébé nommé désir", de Jean Francis Champion
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
24-03-2016

"Un bébé nommé désir", de Jean Francis Champion"Un bébé nommé désir", de Jean Francis Champion

mise en Scène Ange Paganucci

Avec : Carole Palcoux, Laurence Le Duc, Martine Lehembre, Ange Paganucci, Dominick Breuil, Camille Monnet

Théâtre du Rempart

56 rue du Rempart Saint Lazare

84000 AVIGNON

Téléphone: 04 90 85 37 48

samedi et dimanche 11 et 12 mars

à 20h30

Le théâtre du Rempart... un ilôt de bienfaits !

Une programmation été comme hiver au top

Adepte de ce lieu, je suis allé voir une pièce qui a priori ne m' aurait pas attiré. L'astuce sur le titre déjà ne me prête pas plus à sourire qu'à autre chose. « Un bébé nommé désir », de Jean Françis Champion, bon le tramway n'est pas passé loin, mais il n'a renversé personne.
Ici l’héroïne est une femme qui va avoir quarante ans, jolie, des aventures à la pelle, une bonne situation mais pas d'enfant.

Elle est torturée par ce désir venu du tréfonds de la terre de devenir mère. Et c'est là le nœud du problème elle veut être mère mais pas mère de famille, elle a du mal avec les hommes et leurs défauts, elle a envie de se réaliser seule et on la comprend bien souvent quand on voit le portrait de la race humaine masculine il y a de quoi partir à reculons bien des fois.

Elle ne vit pas seule mais avec un voisin qui est un frère pour elle dont elle n'a rien à craindre vu qu'il est homo. Sa vie va en se dodelinant et se fracasse à chaque instant... Jusqu'au jour où...

Dans un décor sympa les acteurs entrent et sortent comme il se doit, mais subsiste une intelligence d'écriture, de situation, des instants qui sortent du canevas habituel.

Ange Paganuchi a su mettre en relief ces instants,par un jeu tonique, et des acteurs triés sur le volet qui nous permettent d'y croire et d'y croire encore.

Le récit est alerte et les acteurs sont au taquet.

Tout est là pour  nous laisser croire à cette aventure de notre siècle.

Des répliques qui font mouche, quelques morceaux d’anthologie et la brochette de comédiens nous entraine.

La comédienne, Carole Palcoux, pilier de la pièce est admirable dans son jeu , elle nous y fait croire  tant le rôle comme le personnage lui ressemblent.

Ange le metteur en scène et producteur de l'œuvre incarne un médecin de la légion homo avec beaucoup de panache, le rôle lui colle à l'épiderme  comme une seconde peau.

Comme quoi on peut voir du bon théâtre en province et qui plus est produit en Provence, Paris n'est pas la seule source de la création. Il faudrait que les politiques prennent en compte le phénomène et sachent donner les subventions en conséquence.
On se réjouit de voir que ce travail draine une foule qui fait exploser les murs du théâtre, sans un bruit , pas de manifestations dans les rues comme le font bien d'autres... Il suffit de travailler bien pour que les choses se passent... et captent un public nombreux : bravo à vous tous !

Ainsi le Théâtre du Rempart fait salle comble à chaque proposition de spectacle, faut jouer des coudes pour avoir un siège. Il devient un incontournable, un lieu de référence dans le monde du théâtre.