Interface dans son fief pour une représentation d'un « J'ai hâte d'aimer » d’exception.
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
21-10-2016

Interface dans son fief pour une représentation d'un « J'ai hâte d'aimer » d’exception.

L'amour comme socle de la vie, une magnifique interprétation..

« J'ai hâte d'aimer », une ode à l'amour, comme une quête universelle, une tragédie sans fin.

La pièce débute par le premier texte, une histoire d'amour entre trois bisons et une chauve-souris, amour impossible qui dévoile la fragilité des êtres, mais malgré cela un des bisons va pouvoir mener cette liaison à son terme, pousser l'amour dans ses retranchements.

Les choses s'enchaînent, si la vie est bien un moteur de l'amour,  l'amour est bien « un fouteur de merde »  comme le dit si abruptement André Pignat. L'amour c'est le aussi le moment où tout peut se réaliser, c'est ce moment où nous créons notre réalité. Si nos peurs restent bien réelles, nos rêves peuvent alors porter nos vies et nous élever vers un autre ailleurs.

La symbiose entre les textes élégants de Francis Lalanne et les chorégraphies subtiles de Géraldine Lonfat donne une pièce d'une grande densité sous les puissantes musiques d'André Pignat.

Quelle musique !!!! une vitalité , un élan, support d'une danse effrénée, d'une communion.

Les danseurs-comédiens-chanteurs volent aux quatre coins de la scène et la musique emplit  nos poumons de toutes  de ces sonorités qui nous évoquent les pays de l'Est.

Une harmonie ultime se fait dans ce théâtre si original que celui du Balcon du Ciel où vers la fin le chaman arrive,  incarné par Francis Lalanne, porteur de rêves, d'espoirs, homme d'esprit.

Pour clôturer le spectacle, le théâtre s'ouvre  sur la nature et les lumières des villes qui montent de la vallée laissant entrer un magnifique cheval sur la scène, grandiose vision. Qui matérialise les souhaits d'André Pignat : que le théâtre soit ouvert pour que la liberté soit acquise.

On a vécu un moment exceptionnel.....

Cette pièce fait partie de la pentalogie « Les âges de la vie » et en constitue le deuxième volet.

Comme chaque fois chez Interface, il s'agit d'un totale harmonie, les arts se mêlent se confondent, se répondent. Appel à tous les sens, mais aussi réflexion posée sur notre monde en décrépitude.

On aime la grâce de Géraldine, son  énergie et son souffle ponctués par une musique puissante qui englobe toute la création, qui la porte.

Francis Lalanne est là bien présent adopté et heureux au milieu de cette troupe dont il devient un des maillons.

Un spectacle à voir et revoir qui va partir en tournée à travers le monde.

Le Balcon du Ciel (Nax)

Interface dans son fief pour une représentation d'un « J'ai hâte d'aimer » d’exception
The Decay Show - Louis Thomann