"Misanthrope (vs politique) (Le)", de Molière
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
22-07-2017

"Misanthrope (vs politique) (Le)", de MolièreCollège de la Salle, 3 place Pasteur, à 12h15 (relâche les 10, 17, 24)

Le Misanthrope dans notre monde politique.

Une version magnifique de justesse.

Nous sommes plongés dans un bureau ministériel, avec secrétaires haut perchées, collaborateurs éclairés, mobilier moderne et portables en tout genre.

Mais ces gens parlent en vers, les vers de Molière, sans aucune omission. Le texte est là... et là c'est bouleversant, il a une actualité remarquable, on se croirait aux élections présidentielles. La quête d 'honnêteté d'Alceste, son intransigeance face au pouvoir nous évoquent les réactions de nos prétendants dont le passé était bordé d'actions pour le moins peu glorieuses... souvenez vous des attachés parlementaires familiaux surpayés..

Alors on ne perd pas de temps pour s'enfoncer dans l'intrigue, suivre cet admirable Alceste, mais par ailleurs cet Alceste amoureux et surtout très jaloux, d'une jalousie maladive pour la jolie veuve Célimène. Célimène est la veuve du mentor d'Alceste, personnage clef de la pièce.

La mise en scène et la scénographie sont d'une remarquable efficacité, pas un temps mort, des enchaînements percutants.

Il faut tresser une couronne de laurier à Pierre Margot, Alceste qui du début à la fin porte son personnage avec panache, tant dans ses diatribes contre les gens qui l'entoure que dans sa lutte amoureuse vers Célimène, où il devient à ce moment-là assez fragile.

Il faut saluer la belle Aurélie Noblesse qui campe une Célimène avec beaucoup de grâce et d' à-propos . On comprend qu'ils soient tous à rêver d'elle.

Nous ne pouvons citer tous les acteurs, mais ils accomplissent leur tache avec une réelle justesse, ce qui donne à la pièce son éclat.

Je n’aurai pas imaginer prendre tant de plaisir à un grand classique, qui en général m’irrite un peu car trop de fois entendu.
Ils en ont fait une pièce actuelle dont le parler serait soutenu.

Le décor est épuré, les mots valsent à tour de bras et les héros se cherchent encore.

Image d'une société en déroute dont les repères ne sont plus, dont les individus ont déjà une autre logique.

C'est notre vie dont on fait une pièce, ce sont nos politiques qui sont mis en évidence, sous les projecteurs.

Et pour conclure : standing ovation bien méritée... attention, pensez à réserver.

Avec Pierre Margot, Aurelie Noblesse, Emmanuel Lemire , Edgar Givry, Youna Noiret, Benoît Du Pac, Denis Laustria, Annick Roux, Geoffroy Guerrier, Nastassja Girard

Mise en scène : Claire Guyot, lumières : Laurent Beal