Pensées profondes - Anecdotes piquantes - Rendez-vous prochains (janvier-février 2018)
Écrit par Webmaster   
24-01-2018

Pensées profondes – Anecdotes piquantes – Rendez-vous prochains (janvier-février 2018)

Notre nouvel épisode : «Un train peut en cacher …»

Résumé des épisodes précédents :

On a fini en beauté : dans la même semaine, « l’échiquier » en Vendée, le « Théâtre Princesse Grace » à Monte Carlo et le joli Théâtre de Valence, mais on a fini quand même. C’est un peu triste… Et extrêmement frustrant.
On n’en donnait pas cher, au début de notre spectacle : un auteur oublié, un texte vieillot, un titre sibyllin, une affiche terne, une distribution obscure… Il a fallu un bel alliage de détermination et de sérénité de la part du metteur en scène et de la production pour nous entraîner dans l’aventure… Ensuite, on y a cru. Mais on n’avait moins de mérite : la presse était unanime, la salle refusait du monde, des spectateurs nous attendaient à la sortie pour nous féliciter et nous faire part de leur surprise : Bourdet se révélait l’égal de Guitry (la misogynie en moins), son texte était d’une étonnante modernité et d’une imparable justesse…. Quelques directeurs lorgnaient dans notre direction, l’un d’entre nous était nommé aux « Molières » ! On voyait poindre la reprise dans un grand théâtre Parisien…. Las, dans le monde du théâtre privé parisien, on veut du clinquant, on s’imagine encore qu'il faut un nom de vedette sur l’affiche pour remplir une salle. L’extraordinaire succès de l’équipe (anonyme et talentueuse) de Michalik démontre chaque jour le contraire mais on s’accroche encore à cette illusion… Et c’est nous qui perdons les nôtres. Fin de tournée pour « Vient de paraître ». Le 8 décembre dernier dans les loges du théâtre de Valence, la clairette de Die avait un goût amer (ce qui n’est pas commun).

 

Bien sûr, on va de l’avant ! Mais chacun y va de son côté… Jean-Paul Bordes enchaîne les interprétations d’Amphitryon et de Michel-Ange (« Les fesses de Dieu » au Théâtre 14), Eric Herson-Macarel reprend Le Bret dans « Cyrano de Bergerac ». Xavier Simonin a déjà la tête au festival de M’Boumba au Sénégal, on se reverra le 31 mars à Chédigny où nous l’accueillerons, avec son camarade Jean-Jacques Milteau, le magnifique harmoniciste, pour une représentation de « L’or », de Blaise Cendrars. Laurent Richard poursuit, parallèlement, ses interventions théâtrales en entreprise et son travail syndical, Caroline Maillard va retrouver Xavier ainsi que Claire Mirande, Marie Christine Letort et d’autres encore… dans la prochaine mise en scène de Jean-Paul Tribout : « La Ronde » de Schnitzler. Je compte bien aller les applaudir, dès la création, au festival d’Anjou mais je serai, alors, dans les gradins : plus que deux représentations du « Mariage de Figaro » et se refermera, pour moi, une parenthèse de quatre ans que j’appelais celles des « tournées première classe » en référence au confort matériel, à la magnificence des théâtres et aux kilomètres avalés en TGV.

Je reprends donc plus assidument ma défroque de professeur dans « La Leçon » de Ionesco au théâtre de la Huchette en compagnie de Stéphanie Chodat et Nicole Huc (du 16 au 20 janvier) puis de Emilie Chevrillon et Josephine Fresson (du 6 au 10 février) représentation à 20h réservation au 01 43 26 38 99. En Touraine, Lucile Louis et moi allons développer notre prochain spectacle : « Paternités » (création en avril). Enfin, je prépare le double (petit) rôle de Maître Simon et de Anselme dans« L’Avare », mis en scène par Alexandre Stajic. Une retombée supplémentaire du festival d’Avignon. Jadis, j’allais en Avignon dans le seul but de promouvoir mes propres spectacles, j’étais sourd aux approches des écrivains et autres metteurs en scène et quand on me présentait un texte je ne l’envisageais qu'avec des yeux de producteur en me demandant s’il pouvait entrer dans le répertoire du Théâtre de la Fronde. Serais-je devenu plus humble ? Plus pragmatique ? Plus ouvert ? Plus sage ? Plus vieux ?... Toujours est-il que j’accepte plus volontiers de me « couler » dans les aventures des autres. Ainsi, Alexandre, violoniste serbe, élève de David Oïstrakh, concertiste international et chef d’orchestre se piquant de mise en scène de théâtre a piqué ma curiosité, nous serons dix comédiens, danseurs et musiciens à partager la scène de Savigny sur Orge le 27 janvier prochain à 16h pour une nouvelle et « Moliéresque » aventure.

 

A quand et où la création de « Paternités » ?
Quel  programme pour la « Nuit de l’Absurde » ?
Quel accueil pour « L’Avare » ??
Les huissiers les pourchassent ! Le succès les guette !
- Nos amis s’en sortiront ils ?
- Bien sûr !
- Mais comment ?

Vous le saurez, bientôt, en lisant «  Les pensées et anecdote de février 2018» !

Vous en saurez un peu plus en surfant sur notre site : http://www.theatredelafronde.com.
(que nous ne manquerons pas de réanimer dans les jours à venir) mais surtout nous pouvons devenir « amis facebook » (theatre de la fronde @sirgue) et vous pourrez ainsi suivre, minute par minute, l’actualité palpitante de notre compagnie.
Vous en saurez beaucoup plus en venant nous voir !