"Delusion Club - Le Cirque des Mirages", de Yanowski, Fred Parker
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
09-07-2018

"Delusion Club - Le Cirque des Mirages", de Yanowski, Fred ParkerThéâtre du Chien qui Fume

du 6 au 29 juillet 2018 à 22h30 (relâche les mercredis)

Le nouveau tour de chant de Yanowski est arrivé

le Cirque des Mirages est toujours là

Il renoue plus que jamais avec la tradition du cabaret expressionniste, non pas ce qu'il est devenu avec ses paillettes et son strass mais ce qu'il était réellement à la fin du XIXè siècle. Un milieu de résistance, de fusion de genres de texte grinçants et corrosifs.

Un milieu d'expression sans concession.

On est loin des textes sirupeux dont la radio actuelle diffuse les paroles sans âme, on est ailleurs dans un univers ciselé.

Yanowski c'est un univers de poésie décalée, d'humour sans parachute, de finesse de langage...

Une voix qui évoque Brel et sa mise en scène,tout comme la précision de sa gestuelle mise en relief par ses bras immenses et ses mains démesurées. Tout en lui est précis, à sa place, pas d'improvisation, de la mesure dans la démesure, de l'outrage à foison et du rire sous cape.

Ce Cirque des mirages c'est l' espace du clown blanc qui dit des vérités cachées sous ses artifices et ses maquillages, c'est la piste de sable roux pas encore foulée qui sera dévastée dans peu de temps, c'est la musique qui soutient la voix du chanteur dans une soi disant cacophonie de circonstance, les trapézistes qui lorgnent les badauds en dessous et leur jettent des confettis dans de grands rires aux éclats, les jongleurs et leurs boules magiques, les circassiens et leurs espaces d'équilibre.

Le Cirque des mirages c'est une mise en accusation d'une société qui a perdu tous ses repères avec des airs d'autre chose, des airs d'autrefois pour cacher le présent, des airs qui n'en ont plus ou qui n'en sont plus.

Aux côtés de Yanowski, Parker s'affaire au piano, soutient le chant, l'appuie et parfois le dépasse pour l'attendre à l' arrivée.

Quel duo si étrange si original, si loin de la guimauve ambiante !

Il faut courir les voir et les écouter, le cirque des mirages n'est pas un mirage c'est un espace d'une beauté irremplaçable.

De et avec Parker et Yanowski