"Pieds tanqués (Les)", de Philippe Chuyen
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
09-07-2018
"Pieds tanqués (Les)", de Philippe ChuyenPrésence Pasteur à14h45

du 6 au 28 juillet 2018 jours pairs (relâche le 16)

Les pieds tanqués

Les pieds tanqués cela signifie la pétanque, expression issue du provençal.

Un terrain de pétanque, banal, un gravillon léger un périmètre pour ne pas perdre les boules et deux bancs pour se reposer.

Le cadre est bâti, arrivent peu à peu les joueurs. Il se connaissent et parlent en riant. Arrive un dernier tout vêtu de blanc, c'est un nouveau, « un estranger » comme on dit en Provence, il vient d'au-dessus de Lyon, c'est dire s'il vient de loin.

Et peu à peu dans le jeu de pétanque qui n'exclue pas la parole bien au contraire on comprend que chacun a sa blessure et que toutes ces blessures ont une même origine... l'Algérie, le conflit algérien.

Il y a le fils de communiste dont le père exécutait les ordres de Moscou au péril de sa vie, qui a l'air étranger à tout cela mais marqué par le parcours politique, militant de son père. Le pied noir qui fut jeté d'Algérie après trois générations de vie là-bas qui a perdu sa patrie, ses biens et ses racines. « L'arabe » qui est né en France de parents Français... qui se sent aussi français que les autres, une famille qui a choisi la France, un oncle Harkis... et quand on pense au sort des harkis on a tout de suite honte. Et enfin le dernier dont on ne sait rien mais qui va peu à peu dévoiler lui aussi ses origines, un père qui était officier pendant les évènements et qui écœuré s'est suicidé après la fin de la guerre. Tous sont concernés, et surtout tous sont meurtris par ces événements d'Algérie qui ne seront reconnus comme guerre qu'en 1999. Tous y ont laissé un peu d'eux même, tous souffrent du manque de reconnaissance qui leur est dû, il faut le reconnaître.

Il ne s'agit pas d'une banale partie de pétanque, elle n'est que le prétexte, le paravent...

Chacun défend sa cause, toutes ces causes qui les opposent mais les lient aussi.

C'est tonique, sans excès, joué avec sobriété mais d'une efficacité remarquable. Comme quoi une partie de pétanque peut cacher bien des secrets et mettre au grand jour des moments d'une histoire que l'on a toujours caché sous la nappe ou au fond d'un panier.

Un détail, les comédiens sont étonnants de justesse on croirait de vrais joueurs de boules.

de et mis en scène par Philippe Chuyen

avec Mourad Tahar Boussatha, Philippe Chuyen, Gérard Dubouche et Thierry Paul