Lettre ouverte aux Scènes d'Avignon
Écrit par Jean-Michel GAUTIER   
14-01-2015
Suite à l'élimination du Théâtre Golovine des Scènes d'Avignon et sans vouloir m’insérer dans le fonctionnement démocratique d'une association qui règle comme elle veut son fonctionnement, je ne peux m’empêcher de penser j'en suis désolé.
 
Que Yourik Golovine n'ait plus voulu faire partie de cette association en tant qu'individu c'est son droit, il a voulu cependant que son théâtre continue son travail au sein de cette association , ce qu'on lui a refusé, c'est le droit, aussi, de cette association.
 
Mais cela met en évidence un fonctionnement pour le moins peu commun d'un groupe partiels de créateurs qui se donnent le droit d'intervenir dans la création des autres, puisqu'ils affirment sans aucun complexe, qu'ils verront en fonction du travail effectué s'ils ouvriront ou pas les portes de leur association au Théâtre Golovine dans quelques années.
 
Je me demande s'ils exercent un droit de regard sur le travail de chacun dans leur association ??? j'en doute, qui accepterait ?? alors pourquoi cette clause d'acceptation ??
 
Pourtant au départ les membres de l'association avaient donné comme raison qu'il fallait que le directeur du théâtre soit le un créateur directeur de la compagnie, ce à quoi ni le CDC les Hivernales ni le Théâtre des Carmes ne pouvaient en faire partie.
 
En fin de compte on a le sentiment que les règles de l'association sont fluctuantes et s'adaptent au grès des demandes... c'est en tout cas pas glorieux pour ces compagnies avignonnaises.
 
Un grand salut au Théâtre des Doms qui a bien compris et offre son asile politique à Golovine, superbe pied de nez, mais eux ils sont Belges... on comprend mieux.